Depuis le mois dernier, l’entreprise propose 2 millions de services à la personne à ses clients américains.

retailblog-amazon

Rien ne semble arrêter Amazon. Après les livres, les chaussures, l’épicerie et les films, le géant du commerce en ligne a décidé de se lancer dans la commercialisation de services à la personne. Accessible depuis lundi aux Etats-Unis, le site Home Services joue les intermédiaires entre les ménages et les prestataires de services. De l’électricité à la plomberie, en passant par le ménage et le jardinage, Amazon a déjà mis en ligne 2 millions d’offres.

Les dépanneurs informatiques, professeurs de yoga et experts pédicures sont légion. Les clients d’Amazon peuvent même recruter un troupeau de chèvres qui se fera un plaisir de manger les mauvaises herbes de leur jardin ! Les prix sont fixés à l’avance – un rêve pour qui a déjà eu affaire à un électricien ou un mécanicien. Les utilisateurs peuvent laisser un commentaire sur le site, comme ils le font déjà pour les livres et autres produits.

Amazon affirme vérifier les antécédents des prestataires, ainsi que leurs licences et assurances. Sur 100 offres de service qui lui sont proposées, il n’en accepte que trois en moyenne, indique-t-il. Il s’engage à rembourser les clients mécontents, à hauteur de 2.500 dollars maximum.

« Une extension naturelle »

Avec cette nouvelle initiative, Amazon veut se rendre encore plus indispensable, et faire en sorte que ses clients n’aient aucune raison d’aller dépenser leur argent ailleurs. Un client qui a acheté une télévision sur le site sera ainsi content d’avoir quelqu’un pour la fixer au mur, pense le groupe : «  C’est une extension naturelle de ce que fait Amazon  », commente son vice-président, Peter Faricy. Amazon a signé des partenariats privilégiés avec une série d’entreprises, dont Pep Boys pour la réparation automobile et Task­Rabbit pour l’aide ménagère. Les Américains passent en moyenne quatre fois plus de temps pour trouver un prestataire de services que pour acheter un objet, affirme Amazon, qui espère ainsi rendre le marché plus fluide. Le site Home Services est testé depuis l’automne dernier à New York, Los Angeles et Seattle. Il a été étendu lundi à une vingtaine de grandes métropoles américaines, sans que l’on sache si et quand il deviendra accessible en Europe. Amazon compte prendre une commission de 10 % à 20 % sur la facture. Sa marge sera plus faible pour les femmes de ménage – un service à forte demande – que pour les professeurs de ping-pong.

Amazon n’est pas le premier à se lancer sur ce marché. Aux Etats-Unis, les sites Yelp et Groupon offrent déjà des services similaires. Mais avec quelque 250 millions de clients à travers le monde, il pourrait écraser la concurrence. Les services à la personne ont un avantage : ils ne coûtent pas cher à Amazon.

Contrairement aux livres et aux couches, ils ne prennent aucune place dans ses entrepôts. Un facteur non négligeable pour le groupe, qui ne dégage toujours pas de bénéfice. Il a affiché une perte de 241 millions de dollars l’an dernier, malgré un chiffre d’affaires en hausse de 20 %, à 89 milliards de dollars.

 

Source : Les Echos

Partager :

S’inscrire à la newsletter :