Le géant de la distribution va débourser 16 milliards de dollars pour mettre la main sur 77% des parts de l’e-marchand, au nez et à la barbe d’Amazon.

La bataille autour de l’e-commerçant indien Flipkart a été remportée par Walmart.

L’enseigne confirme ce 9 mai sa prise de contrôle de l’entreprise aux dépens d’Amazon, qui lorgnait également sur le bijou indien de la vente en ligne. Le groupe de Jeff Bezos avait déposé le 1er mai 2018 une offre formelle de rachat de 60% des parts de Flipkart, selon la chaîne de télévision indienne CNBC-TV18 qui citait des sources anonymes.

Walmart, qui dispose de liquidités grâce à la récente baisse de l’impôt sur les sociétés mise en place par l’administration Trump, prévoit de débourser 16 milliards de dollars pour mettre la main sur 77% des parts de la compagnie asiatique. Flipkart s’est d’ailleurs vu valorisée plus de 20 milliards de dollars à la suite de cette opération. L’offre de Walmart, acceptée par le conseil d’administration de Flipkart, indique que le distributeur américain rachètera entre autre 20% des actions détenues actuellement par le conglomérat japonais SoftBank.

Cet accord, enfin donné à Walmart après plus de deux ans de négociations, est loin d’être une surprise. Flipkart pourra grâce à cette prise de contrôle bénéficier de l’expertise de l’américain dans la logistique pour gagner des points en Inde au dépend d’Amazon, également présent dans le pays.

Alibaba en embuscade

Flipkart, qui empocherait 40% des revenus de l’e-commerce en Inde selon Forester, est une prise de choix pour Walmart, qui essaie de se renforcer sur le marché indien de la vente en ligne. Cette activité pèsera 28 milliards de dollars en 2020 selon des estimations du cabinet Kotak Institutional Equities.

L’indien était valorisée plus de 11 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds d’1,4 milliard de dollars, bouclée en 2017. Mais Walmart n’est malgré tout pas au bout de ses peines en Inde. En plus des croche-pieds qu’Amazon ne manquera pas de lui infliger, il doit faire face sur place à la concurrence du chinois Alibaba, qui a investi 200 millions de dollars pour prendre 36% des parts de Paytm E-Commerce, le principal concurrent de Flipkart dans le pays.

Source : LSA CONSO
P
ar : LÉLIA DE MATHAREL

Partager :

S’inscrire à la newsletter :