Consommation responsable et respectueuse de l’environnement, sursaut de la grande distribution, les tendances poussent le bio vers le haut. Kantar Media dévoile les tendances du secteur.

La consommation responsable, une tendance au service du bio

En 2016, la consommation responsable occupe une place toujours importante que ce soit dans les discours des marques de fabricants ou ceux des grands distributeurs. Une réponse aux préoccupations des Français, plus soucieux de leur santé et de l’impact de leur consommation sur l’environnement.

Dans ce domaine, les enseignes alimentaires renforcent leurs messages et s’appuient fortement sur des axes de communication tels que la protection de l’environnement, le respect des producteurs, la traçabilité ou le respect du vivant. Le Made In France est également un argument avancé en publicité.

Les budgets publicitaires pour les produits bio augmentent nettement en 2016

Les communications sur le bio sont en forte croissance. En effet, les enseignes qui deviennent éco-responsables ne tardent jamais à le faire savoir. Les marques nationales de grande consommation sont les premiers à mettre en avant leurs assortiments en bio en 2016 et observent une pression publicitaire grandissante. Ainsi, 188 annonceurs communiquent sur le bio en 2016, soit 56 de plus qu’en 2015.

Au total, les investissements publicitaires ont représenté 90,2 millions d’euros bruts plurimédias pour l’ensemble des annonceurs. Le poids du bio reste encore modeste si l’on compare aux budgets imposants des enseignes et des géants de l’alimentaire mais justifie d’une belle progression. L’activité publicitaire autour du bio observe une croissance de +26% par rapport à 2015 et de +36% par rapport à 2014.

Cette augmentation des budgets est liée à une forte demande. L’Agence Bio annonce en effet une hausse de 20% de la consommation de produits bio.

 

La grande distribution cannibalise les ventes de produits bio

Présente depuis de nombreuses années sur le créneau du bio, la grande distribution augmente ses parts de marché d’année en année. Elle représente aujourd’hui 1/3 du marché, soit 3 fois plus qu’il y a 2 ans. De plus, 89% de la croissance du secteur est imputable aux grands distributeurs qui jouissent d’une croissance exponentielle.

Le bio a souvent été réservé aux hipsters mais s’inscrit désormais comme une tendance de fond influencée par le changement de comportement des Français et leur désir à vouloir consommer responsable. Ancré dans les esprits, le besoin de mieux consommer ne s’essoufflera pas de si vite, de quoi être optimiste pour 2017.

Source : L’adn

Partager :

S’inscrire à la newsletter :