Le futur centre de 56 280 m² s’inscrit dans le cadre du réaménagement du quartier Lille Sud en pleine restructuration, parmi les plus peuplés et les mieux connectés aux transports de la capitale nordiste. Mais où l’évasion commerciale atteint les 96%, faute d’équipements commerciaux !

«Mais pourquoi construire, encore, plus de 50 000 m² de commerces et loisirs dans une agglomération déjà bien lotie ? ». A Lille, ou ailleurs, cette même question se pose face à tout projet d’urbanisme d’envergure. Avec un degré d’inquiétude et une exigence de légitimité proportionnels à la taille du futur ouvrage. Et ce questionnement émane aussi bien du citoyen-habitant local, que des élus, enseignes et autres représentants des commerces déjà en place… Concernant Lillenium et ses 105 boutiques, dont l’inauguration est annoncée pour début avril 2020, le promoteur lillois du projet, Vicity, ne manque pas d’arguments pour justifier cette création ex nihilo ! Dans un univers de l’immobilier commercial où lesdites créations – surtout dans des proportions telles que les 56 280 m² de Lillenium – se font de plus en plus rares, au profit des extensions-rénovations d’équipements déjà existants. Revue de 9 arguments-clés donnant autant de chances de succès au grand pari de Vicity.

Lille Sud en pleine régénération

Depuis 10 ans, le quartier Lille-Sud est en plein renouveau grâce au Grand Projet Urbain. Les terrains auparavant occupés par des aires logistiques autour d’une gare de triage, font l’objet d’une requalification de très grande ampleur : construction et livraison de nouveaux équipements (médiathèque, écoles, collèges, centre social, salle de spectacle, etc) ; réaménagement des voiries et des espaces publics ; création de Grand Sud, un parc arboré de 4,5 hectares avec centre aquatique… «Élément moteur de la redynamisation du quartier tant sur le plan commercial que sur le plan social, Lillenium s’engage pour l’emploi, de manière durable, en proposant aux habitants 900 poste à pourvoir suite à l’ouverture officielle du centre » promettent les promoteurs.

Une excellente connexion urbaine

Ce qui donne aussi ses chances de succès à Lillenium est sa grande connectivité urbaine. Un projet « au croisement de toutes les mobilités » selon son promoteur. L’axe Paris Lille Dunkerque – l’A 25 – longeant le futur centre voit passer 156 000 véhicules par jour. La station de métro Porte des Postes, au Top 3 des stations les plus fréquentées du réseau lillois, avec 5 millions d’usagers annuels, se trouve à 150 mètres. Seize lignes de bus transportent 4,5 millions de voyageurs par an. Les gares TER et TGV sont à un quart d’heure. En attendant l’ouverture de la première de 5 nouvelles lignes de tramway d’ici à 2025…

Un quartier très dense en population.

Lille sud est l’un des quartiers les plus peuplé de la capitale nordiste. Si l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai rassemble 3,8 millions d’habitants, le site « baigne » dans un bassin de quelque 137 000 habitants à 5 mn et se situe dans un rayon comptant 32 000 salariés et 55 000 étudiants. Confirmant pour Lille, le statut de métropole la plus jeune de France avec 35% de la population de moins de 25 ans ! La construction de 3 600 logements neufs est programmée dans le quartier. Le futur Lillenium côtoiera des ensembles de rang international. Tel le plus grand complexe hospitalo-universitaire d’Europe avec le CHU de Lille et la Faculté de Médecine Henri Warembourg, plus grand centre de formation et de recherche médicale de France ; ou la maternité Jeanne-de-Flandres également au premier rang de la France métropolitaine. Sans parler de la future cité administrative, quittant le centre-ville pour créer 40 000 m² de surface de plancher et entre 1 500 et 2 000 emplois près de la Porte des Postes, au début des années 2020.

Une évasion urbaine de plus de 90%

A côté de toutes ces promesses de fréquentation, une donnée clé sur le potentiel du futur centre est le taux d’évasion commerciale pour les habitants du quartier : 96% ! Ce qui a fait germer l’idée de Lillenium dans la tête de Romain Demettre, directeur général et fondateur de Vicity en 2001, il y a déjà plus de quinze ans. «C’est en voyant les habitants du quartier, où nous installions nos bureaux, avec des sacs de courses achetées à l’Auchan d’Englos à la main, que j’ai pensé, dès 2003, qu’il y avait commercialement quelque chose à faire ici ! »

Un centre ergonomique

Conçu par l’architecte Rudy Ricciotti et construit par la filiale de Vinci  Construction France, Lillenium a été dessiné comme une rue couverte, inondée de lumière grâce aux 11 000 m²  de sa toiture translucide en structures ETFE. Trois étages de commerces émergent au-dessus de trois autres de parking en sous-sol. L’architecture dite en « gradinage », écarte les trois niveaux de commerces à mesure qu’ils montent (en pyramide inversée) pour ménager la meilleure vision panoramique depuis le bas. Mais dans un ensemble cependant assez compact pour que «où qu’il veuille se rendre, le chaland n’aie pas plus de 250 mètres à marcher » détaille Romain Demettre. Pour favoriser l’ouverture sur le quartier et la ville, une quinzaine de boutiques en rez-de-chaussée – dont La Grande Pharmacie Lillenium – pourront ménager leur entrée, hors-galerie, sur la nouvelle rue Geneviève-Anthonioz-De-Gaulle créée dans le cadre du réaménagement de quartier.

Création d’un hyper Leclerc

Egalement en sous-sol, mais ouvert sur un puit de lumière, sera créé un hyper Leclerc occupant 12 000 m² dont 5000 m² de vente pour moitié dédiés au frais. Il fera face aux boutiques parapharmacie et optique de l’enseigne. Qui développera aussi un Espace culturel et une agence de voyage dans les étages.

Une réalisation mixte

La régénération urbaine implique de reconstruire de la ville, en plus du pan commercial. Lillenium souscrit à cet impératif en intégrant 5 000 m² de bureaux sur 5 niveaux, et un hôtel Hampton by Hilton de 141 chambres

Une offre commerciale diversifiée

Vicity annonce une commercialisation de l’ensemble à 80%, à date, qui devrait atteindre ou dépasser les 90% à ouverture. Lillenium abritera le H&M le plus grand de la région (2 300 m²), le second NewYorker de Lille (1500 m²), où l’enseigne avait ouvert son premier magasin à Euralille il y a 20 ans, Darty sur 1 600 m². Histoire d’Or, Sephora, Sergent Major, Camaïeu, Générale d’Optique, Krys, Foot Locker, Mango, JD Sport… sont également annoncés.

Une Cité des Enfants exclusive.

«Il est primordial d’apporter aux habitants la qualité de vie et les loisirs qui manquaient à leur quartier » scande Romain Demettre. Ce sera notamment fait avec l’installation de la Cité des Enfants, implantée pour la première fois en France, sous son identité propre, au cœur d’un centre commercial. Soit 1 260 m² dédiés à la culture scientifique, sur le modèle de la Cité des Sciences et de l’Industrie. Avec deux espaces respectivement dédiés aux 2-7 ans et aux 5-12 ans.

Lillenium en chiffres

  • 56 280 m2 de commerces et loisirs
  • 108 boutiques dont 8 moyennes surfaces et 12 restaurants
  • Un hyper Leclerc (12 000 m² dont 5000 m² de vente)
  • Un Cité des Enfants (1 260 m²)
  • 904 places de parking sur 3 niveaux
  • Un hôtel Hampton by Hilton de 141 chambres
  • 5 000 m² de bureaux
  • Ouverture : début avril 2020

Source : LSA

Partager :

S’inscrire à la newsletter :