Conforama s’aventure dans le smart discount avec
Maison Dépôt

Primark, Kiko et maintenant Maison Dépôt. Avec cette nouvelle enseigne, dont le deuxième magasin ouvre aujourd’hui dans la banlieue de Lille, Conforama s’inscrit dans le « smart discount », ou des prix très bas dans un lieu à mi-chemin entre entrepôt et magasin. A fin 2018, il devrait y en avoir une dizaine. Visite.

Avec cette nouvelle enseigne Maison Dépôt, Conforama veut faire du « smart discount » : des prix très bas pour des produits qui ont du style dans un environnement agréable.

On s’en souvient, Conforama avait une enseigne de déstockage, intitulée Confo Dépôt. Quatre magasins après, le « Confo » a cédé la place à « Maison » et les magasins en question vont être transformés en Maison Dépôt avant la fin de l’année. Maison Dépôt? Si le « dépôt » est resté, le lieu n’a plus grand-chose à voir avec le précédent concept. Ici, pas de fins de série, mais une gamme propre construite par une nouvelle équipe recrutée pour ce nouveau bébé. Soit au total 2000 références sur une surface de 3000 m2, avec un grand principe : des arrivages tous les quinze jours pour 40% des produits et du permanent pour le reste. Dans le tout nouveau centre commercial Promenade de Flandre, inauguré le 17 octobre, sur la commune de Neuville-en-Ferrain, à la lisière de Tourcoing et de Roncq, Maison Dépôt fait partie des nouvelles enseignes.

Meubles et grands écrans Samsung

Ici, les prix sont bas, très bas même. Pour moins de 100 euros, on peut trouver un canapé, pour 49 euros, des chaises design et pour 200 euros, faire une cuisine sur un mur de 3,60 mètres. Les gammes sont courtes (dix fois moins de références que dans un Conforama classique) et le consommateur doit pouvoir se faire plaisir tout en pouvant s’équiper pour une maison entière. Plus de vingt univers (21 exactement) sont présents, des canapés à la literie, des écrans plats au petit électroménager, sans oublier les rangements et la vaisselle. Les vendeurs s’appellent des « équipiers » et, structure de coûts oblige, sont en effectifs allégés : seize pour tout le magasin.

Rotation des stocks

C’est tout l’enjeu du modèle : les stocks, tous présents en magasin, doivent tourner. Et si un bout de canapé ou une table se vend moins bien, elle fera l’objet d’une vente flash, au micro, comme sur les marchés. Béton brut au sol, stocks qui montent jusqu’au plafond, marchandise facile à emporter (même les tables ou les canapés se chargent sur place) : le concept reprend les règles de base du discount, avec des petites touches donnant un peu de chaleur à l’endroit. Par ci, par là, des « niches » éclairées différemment mettent en scène une ambiance. Le triptyque prix-qualité-disponibilité est régulièrement rappelé sur des kakémonos vert menthe. D’autres jaune fluo rappellent qu’il n’en aura pas pour tout le monde, les quantités étant limitées.

Structure propre

Bien sûr, Maison Dépôt ne sort pas de nulle part et s’adosse à la puissance d’achat de Steinhoff, le propriétaire de Conforama entre autres. Si quelques produits sont encore communs avec cette dernière enseigne, « ce ne sera plus le cas d’ici quelques mois », assure Sophie Mouillard, directrice commerciale et marketing de Maison Dépôt, et ex-Conforama. Car l’enseigne est en train de se doter de ses équipes propres -les premiers chefs de produits arrivent-. Maison Dépôt devrait rapidement faire des petits : six ouvertures sont annoncées pour 2018, qui s’ajouteront aux six existants d’ici la fin de l’année.

Par : MAGALI PICARD
Source : lsa.fr

 

 

 

Partager :

S’inscrire à la newsletter :