Le service de livraison de repas vient d’accoler à un groupe de cuisines partenaires un espace de restauration entièrement automatisé où peuvent s’installer jusqu’à 40 personnes. Le concept pourrait ensuite être étendu à d’autres pays.

Deliveroo lance à Singapour un restaurant automatisé équipé par Eatsa.

Le géant de la livraison de repas vient d’ouvrir un espace de restauration à Singapour, à Alice@Mediapolis, dans un quartier de bureaux et universitaire du nord de la ville. Adjacent à 7 cuisines partenaires qui préparent les plats de 11 concepts (Vietnamien, Coréen, sandwiches…) alimentant, tout comme des restaurants tiers, son service de livraison de repas à la demande, le « Deliveroo Food Market » consiste en un espace entièrement automatisé où quarante personnes peuvent se restaurer. La prise de commande est totalement digitalisée au travers de bornes, et lorsque leur nom apparaît sur un écran, les clients vont récupérer leurs plats dans des casiers. En effet, ce food-court automatisé est équipé par la société américaine Eatsa, qui opère elle-même des restaurants automatisés aux États-Unis det commercialise donc aussi sa technologie. A Alice@Mediapolis, elle servira également à améliorer l’efficacité du système de prise de commandes dédiées à la livraison.

Par ce nouveau concept de restauration, Deliveroo trouve donc une manière supplémentaire d’exploiter ses cuisines Deliveroo Editions, jusqu’ici conçues uniquement pour des commandes livrées à domicile ou takeaway. Pour Siddharth Shanker, qui dirige Deliveroo à Singapour, se positionner dans la restauration sur place constitue une opportunité gigantesque pour la société, qui va envisager d’étendre le concept à l’étranger.

« Le gouvernement réduit le quota de salariés étrangers, dont trouver les bonnes personnes pour le restaurant devient plus difficile, explique à Today Nam Nguyen, le patron de la cuisine vietnamienne du lieu. Mais l’automatisation nous redonne de l’oxygène, nous pouvons juste recruter des chefs vietnamiens. »

Source : LSA Conso
Par Flore Fauconnier

Partager :

S’inscrire à la newsletter :