Selon une étude de Microsoft, les 18-34 ans font davantage confiance aux sites de marques comme Apple ou Microsoft pour acheter leurs produits. Les 35-54 ans au contraire préfèrent les sites des commerçants ou des pure-players.

L’avenir est-il aux sites de marques ? On pourrait le croire à en juger par cette étude commandée par Microsoft et réalisée sous forme d’infographie. Une étude à relativiser certes (Microsoft qui possède son propre site de vente est un peu juge et partie dans cette affaire…) mais qui dans le fond n’est pas très surprenante. Ainsi, la catégorie des consommateurs qui ont entre 18 et 34 ans feraient davantage confiance aux marques qui font de la vente directe sur internet (comme Apple et donc Microsoft) qu’aux vendeurs en lignes en tout genre.

 

DES JEUNES ACCROS AUX MARQUES

Ainsi 46% d’entre eux préfèrent les sites de marques contre 33% pour les pure-players (Amazon, Cdiscount…), 33% pour les sites des grands distributeurs (Fnac, Darty…) et 34% pour les sites qu’ils ne connaissent pas. Le ratio est inverse chez les 35-54 ans. Ils sont ainsi 48% à faire confiance à tous les sites même s’ils ne les connaissent pas, 44% et 43% aux pure players et enseignes multicanal et seulement 33% aux sites de marque. Cette différence peut s’expliquer par l’émergence récente des sites de marques. Les 18-34 ans sont devenus consommateurs en même temps que ces sites apparaissaient alors que les plus anciens étaient plus habitués aux commerçants classiques.

 

L’APPLE WATCH SYMPTOMATIQUE

De quoi s’inquiéter pour les distributeurs classiques ? Sans doute tant l’émergence de marques archi-puissantes comme Apple inversent le rapport de force entre les commerçants et leurs fournisseurs. Alors qu’auparavant elles souhaitaient être référencées dans la distribution, certaines marques n’hésitent pas à ignorer ces canaux de vente et ouvrent leurs propres boutiques. Le cas d’Apple est sur ce point symptomatique. La marque américaine qui a présenté la semaine dernière sa très attendue montre connectée a choisi de ne la vendre que dans son propre circuit de distribution et dans deux magasins de luxe à Paris. Privant ainsi ses habituels clients (FNAC, Darty, Boulanger…) de son pouvoir d’attraction.

retailblog-étude

Source : LSA

Partager :

S’inscrire à la newsletter :