Des chauffeurs Uber lancent une application, VTC CAB, destinée à concurrencer l’entreprise américaine pour laquelle ils travaillent, selon France Info.

© AFP Thibaud Simphal, directeur général d'Uber France, menacée par une application concurrente lancée par ses propres chauffeurs.

© AFP
Thibaud Simphal, directeur général d’Uber France, menacée par une application concurrente lancée par ses propres chauffeurs.

Cette initiative, sur laquelle les chauffeurs de l’association des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) de France travailleraient depuis neuf mois, serait née de leur mécontentement : «Uber ne nous a pas laissé le choix, déclare à la radio Mohammed Radi, l’un des fondateurs de cette nouvelle application. Moi j’ai des charges, des crédits, des assurances à payer, et je suis en train de puiser dans les économies, parce que je suis solidaire et que j’y crois.» «L’objectif, ajoute-t-il, c’est de garder le contrôle sur notre avenir, sur notre travail.»

Les chauffeurs n’auraient pas non plus apprécié l’annonce par Uber début octobre d’une baisse de 20% de ses tarifs à Paris, qui représente selon eux une perte de 1500 euros chaque mois pour les chauffeurs. L’association des VTC de France affirme enfin que cette application, développée sur les deniers personnels des chauffeurs et testée ces dernières semaines en région parisienne, répond à un désir de longue date d’avoir une plateforme indépendante.

Pour l’instant, 300 chauffeurs se disent prêts à travailler avec cette application, selon France Info, un chiffre à comparer aux 10 000 chauffeurs de VTC qui conduisent pour Uber dans le pays. Dans un premier temps, et jusqu’à ce que leur création prenne de l’ampleur, ils comptent «rester actifs» sur Uber.

Source : Stratégies

Partager :

S’inscrire à la newsletter :