Alors que tout le monde s’interroge sur la concurrence supposée exercée par Amazon Prime Now sur l’alimentaire, le but de ce service encore balbutiant pourrait être tout simplement de recruter de nouveaux consommateurs, pour in fine les amener sur des secteurs ou Amazon est beaucoup plus présent, et puissant. Pierre Denis, de Retail Explorer, passe cette thèse en revue.

000187236_5L’arrivée d’Amazon Prime Now dans le domaine de l’alimentaire et des produits frais, chasse gardée des drive et distributeurs classiques, a provoqué des remous. Mais pour Pierre Denis, président de Retail Explorer, ce mouvement ne pourrait être qu’une porte d’entrée pour aimanter de nouveaux clients vers des produits high tech ou non alimentaire. « Si l’on raisonne froidement, il n’y a aucun intérêt pour Amazon à aller sur l’alimentaire en ligne. Des spécialistes comme Auchan Direct ou autres ne sont pas rentables. C’est un secteur ou on ne gagne pas d’argent. L’alimentaire dans Prime Now, c’est une tête de gondole pour attirer un client, avec un retour sur investissement sur trois ans ».

Peu d’offre alimentaire, mais des prix en ligne avec la concurrence
Une tête de gondole attrayante, mais qui doit être consolidée. Car en analysant l’offre alimentaire proposée par ce service premium d’Amazon, force est de constater que l’assortiment, même s’il bouge beaucoup, reste très limité sur la partie alimentaire avec a peine plus de 1700 références, dont une partie très faible de frais. Pas vraiment de quoi être compétitif pour répondre à tous les besoins, une mission pourtant revendiquée par Amazon qui se targue d’être au service de ses clients.

(Source Retail Explorer)

En revanche, sur l’item du prix, Amazon est parfaitement en ligne avec les mieux disants commeLeclerc, U, Auchan Drive, etc. « Le prix est dans le marché. C’est une menace sérieuse, mais il est nécessaire de rappeler que pour l’instant, l’assortiment est très limité » souligne Pierre Denis.
Compte tenu de l’éclatement des comportements d’achats, et d’un coût d’approche du client de plus en plus élevé, tout ce raffut autour de l’alimentaire pourrait indirectement pousser les ventes d’Amazon sur le non alimentaire. A moins qu’Amazon n’élargisse sérieusement son portefeuille de produits alimentaires, ce qui sera particulièrement surveillé ces prochains mois.

L’alimentaire, un mouvement tactique au service d’une stratégie plus globale ?

 

Source : LSA Conso

Partager :

S’inscrire à la newsletter :