C’est une sorte de carte blanche que s’est donné Naf Naf sur les Champs-Elysées. Alors que son emplacement sur la célèbre avenue allait être réduit du fait de travaux, l’enseigne saisit l’opportunité pour lancer un concept nouvelle génération pour quelques mois. Dévoilé il y a quelques semaines, son pop-up « Room Service » teste jusqu’à fin juin la réaction des clientes à une nouvelle forme de commerce.

Né d’une réflexion interne des équipes de Naf Naf, autour notamment de la question de la jonction entre le digital et l’e-commerce, mais aussi d’un nouveau désir de service pour la clientèle, le pop-up s’inspire de l’univers de l’hôtellerie de luxe. L’accueil y est repensé, la cliente accompagnée par une équipe bien plus nombreuse que dans une boutique classique. Il faut dire qu’il faut expliquer le concept à chaque cliente : ici, il n’y a pas de caisse, on essaye, mais on ne repart pas avec les produits choisis. Ils sont dans un second temps livrés à domicile, à l’hôtel ou au travail en 24 à 48 heures pour Paris et le reste de la France, et un peu plus pour aller jusqu’en Chine ou aux Etats-Unis évidemment.

La sélection porte sur le tiers le plus mode de la collection Naf Naf. Peu de tailles sur les portants, il faut se laisser guider par le conseiller de vente, habillé de rose, comme toute l’équipe jusqu’au vigile, en clin d’oeil. La marque a voulu mettre de la malice dans ce concept pour jouer la complicité avec la cliente.

Une cliente qui n’est pas pour autant facile à convaincre. « La consommatrice au départ est surprise et déçue de ne pas pouvoir partir immédiatement avec ses achats, particulièrement les Françaises », explique Véronique Rodriguez, directrice marketing. « Mais finalement, elles doivent y réfléchir ensuite, parce qu’elles reviennent et font des achats », affirme-t-elle.

Pour convaincre, l’enseigne mise sur la perception par la consommatrice d’un nouveau regard sur elle, moins anonyme et plus bienveillant. Dans la cabine d’essayage, qui se veut le lieu central de la boutique, on lui amène sa sélection sur un portant à roulettes inspiré du mobilier hôtelier. Là, elle dispose d’une sonnette pour demander de l’aide au personnel. L’odeur, la musique, la décoration, tout a évidemment été repensé pour améliorer le concept initial.

Un accueil qui plaît semble-t-il beaucoup aux touristes de passage à Paris, selon nos constatations en boutique. L’enseigne voit d’ailleurs ce « Room Service » comme un peu plus qu’un test, affirmant que « même si le service a un coût élevé, le modèle est rentable », selon Véronique Rodriguez. « Au mètre carré, le chiffre d’affaires est 12 fois supérieur à celui de l’ancienne boutique classique, le panier moyen très supérieur », affirme Luc Mory, le PDG.

A l’heure où elle a été mise en vente par le groupe Vivarte, la marque veut séduire avec une vision moderne du retail, Elle aimerait même dupliquer ce concept nouveau à l’étranger via des partenaires.

 

Source : Fashion Network

Partager :

S’inscrire à la newsletter :