Annoncé fin janvier 2017, le partenariat entre la foncière et Dress in the City permettra au concept de vide-dressing omnicanal d’être déployé dans les centres d’Unibail-Rodamco, en France et en Europe. Une exposition inédite pour la start-up française, et une offre de nouveau service pour les visiteurs des centres.

Ce concept de vide-dressing va être déployé dans les centres commerciaux français dès 2017 aux 4 Temps, Vélizy 2, Parly 2, Rosny 2, So Ouest, Aéroville, La Part- Dieu, Confluence et Euralille.

 

Après un test de quatre mois dans les centres commerciaux d’Unibail-Rodamco lors de la première édition d’UR Link, l’accélérateur de start-up lancé en mars 2016 par la foncière, Dress in the City s’installe durablement dans le monde physique. La start-up française, créée en décembre 2015 par Florence Faure et Antoine Leloup, vient en effet de conclure un partenariat avec le leader européen de l’immobilier commercial. Le concept va être déployé dans les centres commerciaux français dès 2017 aux 4 Temps, Vélizy 2, Parly 2, Rosny 2, So Ouest, Aéroville, La Part- Dieu, Confluence et Euralille, et en Europe dès 2018. « Dress in the City est une start-up innovante qui répond aux enjeux du commerce de demain, explique Matthieu Nicoletti, directeur d’UR Link. Cette jeune pousse a su trouver sa place au sein de l’offre des centres commerciaux d’Unibail-Rodamco, grâce à sa capacité à transformer l’expérience-client, en combinant le meilleur de la vente physique et de la vente en ligne. Ce partenariat illustre la capacité d’Unibail-Rodamco à offrir aux clients de ses centres des expériences et des services toujours plus innovants« . Pour la pépite française, « ce partenariat confirme notre constat sur le secteur de la mode féminine d’occasion : un grand nombre de femmes attendaient un tel service pour vider leurs armoires« , explique Florence Faure, fondatrice de Dress in the City.

Deux personnes sont dédiées aux pop-up stores, qui sont montées et démontées en 3 heures. Quant à l’offre, elle est composée de vêtements, sacs et chaussures pour femmes d’environ 250 marques positionnées moyen et haut de gamme et luxe. « Nous prenons exclusivement des articles en parfait état (comme neufs) à un prix décoté, poursuit la jeune entrepreneuse. Pour la prise en charge, nous avons développé un service innovant de collecte des articles à domicile : notre équipe se déplace directement chez la vendeuse, pour sélectionner les articles à vendre et les enregistrer sur notre plateforme. Mais les vendeuses peuvent aussi enregistrer leurs articles de façon autonome sur notre application puis nous les déposer sur les lieux d’événements« .

Un processus d’incubation

C’est via UR Link, l’incubateur du Groupe Unibail-Rodamco, que la foncière a été séduite par le concept. « Nous avons rencontré les deux fondateurs quelques mois avant le lancement de la première saison d’UR Link, précise Matthieu Nicoletti. Nous les avons alors invités à candidater à la première saison, qui débutait en mars 2016, ce qu’ils ont fait comme 150 autres startups candidates. Différents jurys constitués de collaborateurs Unibail et d’externes (entrepreneurs, investisseurs, mentors) ont analysé ces 150 candidatures et ont décidé de retenir 5 startups, dont Dress In the City« . Le concept a d’abord été testé au cours de trois événements de 10 jours réalisés consécutivement dans le centre commercial des 4 Temps. Les 4 mois d’accélération business ont permis aux startups retenues de bénéficier d’un accompagnement par des collaborateurs dédiés et des membres du « Top Management » du Groupe dans le but de co-développer et lancer un projet pilote sur un des sites d’Unibail-Rodamco. « Si l’essai est concluant, des propositions de déploiement à l’échelle européenne sont étudiées à la fin du programme. En parallèle, les start-up bénéficient également de l’accès à un réseau« , poursuit Matthieu Nicoletti.

Le premier service d’achat sans caisse

Fondé sur la vente et l’achat en ligne de vêtements féminins de seconde main, le concept veut renouveler l’expérience-client en combinant les avantages de la vente physique et de la vente en ligne. La plateforme est accessible depuis un smartphone, via une application mobile gratuite qui permet d’acheter en mobilité, ou directement sur le web. Il s’appuie sur la technologie d’Exaqtworld, inventeur du premier antivol connecté : chaque article est protégé et tracé grâce à cet antivol, qui permet également un achat via son smartphone lors des ventes physiques. Il s’agit du premier service d’achat sans caisse. « Ce partenariat est un bon exemple de rapprochement gagnant-gagnant entre une start-up et un grande groupe, se réjouit Matthieu NicolettiDress in the City apporte l’innovation avec son concept de vide-dressing multicanal et Unibail-Rodamco apporte de son côté la force de son réseau d’actifs et des centaines de millions de visiteurs qu’il accueille chaque année, ce qui permet à cette start-up de déployer son concept rapidement en France, puis en Europe, et de bénéficier d’une audience massive« . Ainsi, sur le compte Twitter des 4 Temps, certains produits sont mis en avant de manière ponctuelle.

 

Capture d’écran 2017-02-20 à 10.23.40

 

La foncière précise que, concernant le déploiement physique, le format privilégié pour le moment est un format évènementiel, avec une répétition d’évènements de quelques jours tout au long de l’année dans les principaux centres commerciaux. « Les objectifs sont donc avant tout des objectifs de trafic, puisqu’il faut faire connaître le concept et le service afin de créer une communauté de vendeurs et d’acheteurs« , conclut-on chez Unibail-Rodamco. « Notre priorité est de nous développer par des pop-up stores et avec notre site InternetNous pensons que c’est une bonne manière de lancer notre marque, indique-t-on chez Dress In the City. Cependant, le fait d’avoir des boutiques en propre sera un axe possible de développement. » La start-up projete une trentaine d’événements en 2017, et souhaite installer notre service de collecte à domicile, « point très différenciant par rapport à ce qui existe chez les autres acteurs de la seconde main« .

Source : LSA
Partager :

S’inscrire à la newsletter :