Le cabinet Forrester s’est penché sur les principaux cas d’usage et les best practices de l’intelligence artificielle des retailers

Walmart poursuit son offensive anti-Amazon. Après avoir multiplié les partenariats et les acquisitions au cours de ces dernières années pour monter en puissance dans le commerce en ligne, le géant de la grande distribution cherche désormais à réinventer l’expérience client dans les magasins physiques.

Un impératif pour le groupe américain dans la mesure où les magasins sans caisse Amazon Go commencent à fleurir un peu partout aux États-Unis. Dans ce contexte, Walmart vient d’ouvrir au public un magasin d’un nouveau genre à Levittown, près de New York.

Baptisé «Intelligent Retail Lab», ce concept-store présente la particularité de reposer sur l’intelligence artificielle pour optimiser son fonctionnement. S’étalant sur plus de 4 600 m2, le magasin propose plus de 30 000 articles. Une taille conséquente qui tranche avec la superficie plus restreinte des magasins Amazon Go.

Le magasin futuriste de Walmart nécessite plus de 100 employés. Toutefois, les progrès en matière d’intelligence artificielle pourraient rapidement diminuer ce chiffre. En effet, dans le retail, l’IA peut être utile pour gérer la relation client ou les processus des ventes.

Toujours dans cette tendance, Belive.ai modernise le commerce avec un rayon augmenté, un panier intelligent et des bornes intelligentes. De plus, la plateforme veut supprimer tous les  » points de friction » qui existent encore dans les magasins

Propos issus du débat entre Thomas Husson, Vice-président et analyste chez Forrester et Aurélien Escartin, cofondateur de Believe.ai dans l’émission Innover pour le Commerce sur BFM Business

Partager :

S’inscrire à la newsletter :