L’enseigne Carrefour compte déjà 26 unités à date, en aura 35 d’ici la fin de l’année. Elle entame un plan d’expansion important en 2019 pour développer d’autres drives piéton.

Carrefour nourrit de grandes ambitions sur les drives piéton. Ce mode de retrait, qui est arrivé avec Auchan et surtout avec E.Leclerc à Lille puis à Paris, devient aussi le fer de lance de Carrefour. A ce jour, 26 unités ont poussé depuis le mois d’avril 2018, date de ses premiers retraits parisiens ouverts dans la capitale. D’ici la fin de l’année, l’enseigne en comptera 35. Le nouveau patron des 8 enseignes de proximité (Carrefour City, Express, Montagne, Bio, Huit à Huit, etc.), qui totalise 3 700 magasins au total, y croit dur comme fer : « Nous voulons développer ce mode de retrait et en ouvrir beaucoup en 2019 », confirme Alexandre de Palmas à l’occasion du Forum LSA de la Proximité qui se tenait le 28 novembre à Paris. Il faut dire qu’au vu des premiers résultats, les magasins de proximité auraient tout à y gagner.

Un ticket moyen compris entre 50 et 60 euros

Ces petits commerces accueillent en effet certains drives piétons, d’autres sont implantés sans magasins accolées, comme E.Leclerc. Une façon, donc, de récupérer de gros paniers en centre-ville : « Le ticket moyen de ces clients qui font leurs courses en ligne est compris entre 50 et 60 euros, contre moins de 15 euros pour la proximité, avec une surpondération des produits de PGC et surtout d’hygiène-beauté. On n’est donc pas sur le même type de paniers et la proxi permet de compléter avec les produits frais », compare-t-il. Autre atout de poids pour le groupe, ces points de retraits toucheraient de nombreux citadins qui ont renoncé à faire leurs courses dans les hypers de périphérie. Une façon pour Carrefour de récupérer une partie des clients perdus dans ses grandes surfaces.

 

Source : LSA Commerce
Par Julie Delvallée

Partager :

S’inscrire à la newsletter :