Le groupement d’indépendants vient de publier un bilan de son activité 2017 qui progresse de 2% pour atteindre 37,2 milliards d’euros TTC hors essence. A noter que les hypers accroissent leur contribution à la croissance de l’enseigne, devant les drives.

Leclerc a publié jeudi 8 février, en début de soirée, un bilan de son activité 2017.

Selon l’enseigne, les chiffres d’affaires cumulés (non audités et non consolidés) des Centres E.Leclerc ont progressé de 2,0 % l’an dernier pour atteindre 37,2 milliards d’euros TTC (hors carburant) et 44,8 Mrds avec essence. Une performance portée par un trafic qui augmente de 2,5 % par rapport à 2016, alors que la part de marché de l’enseigne sur « le total panier », c’est-à-dire les chiffres d’affaires tous produits , atteint les 20,4 % (CAM p12 2017, Kantar). Des évolutions que le distributeur résume en titrant son communiqué de presse : « L’hypermarché et la montée en gamme réussissent à E.Leclerc. »

44% de contribution à la croissance pour les hypers

De fait, précise ce même communiqué, l’hypermarché est toujours premier contributeur à la croissance d’E.Leclerc Avec 44,2 % de contribution à la croissance du chiffre d’affaires (contre 31,5 % en 2016), les 547 hypermarchés restent le fer de lance de l’ensemble des canaux de vente de l’enseigne, indique Leclerc. Leur chiffre d’affaires progresse de +1,4 % en 2017. La contribution d’Internet à la croissance (drive inclus) est quant à elle de 30 %, avec un chiffre d’affaires en hausse de + 10.3 %. Les sites marchands de l’enseigne, en particulier, voient leur chiffre d’affaires total évoluer de +37,9 %.

Progression de 4,4% des concepts spécialisés

Autre élément mis en avant par l’enseigne : une offre non-alimentaire portée par les marques propres et les concepts spécialisés. Les marques propres « Sélection d’Expert » (Ardence pour les Arts de la Table, Tech 9 pour l’Auto, Foxter pour le bricolage, Beaux-Jours pour le jardinage…) continuent à recueillir les fruits de leur repositionnement initié fin 2014, souligne le communiqué. Tous circuits confondus (GSA, GSS et internet), elles bénéficient d’une augmentation de leur chiffre d’affaires total de +2,3 % depuis 2016. Alors que les concepts spécialisés, ils se développent à la fois en chiffre d’affaires (+ 4,4 % de progression en 2017) et en nombre.

Fin 2017, E.Leclerc propose ainsi à ses clients 218 Espaces Culturels E.Leclerc, 110 Brico-Jardi-Animalerie E.Leclerc, 113 Centres Auto E.Leclerc, 261 Manèges à Bijoux, 32 espaces Brun-Blanc-Multimédia, 36 Sports E.Leclerc, 255 Parapharmacies, 114 Une Heure pour Soi, 75 Optiques E.Leclerc, 6 E.Leclerc Jouets, 187 agences de voyage, 350 agences de location de voiture et 13 stations d’autoroute E.Leclerc.

« A l’assaut de Paris en 2018 »

Même rôle moteur des MDD en alimentaire. Malgré un marché des MDD en légère baisse (-0,6 % à fin décembre 2017, selon Iri), Marque Repère augmente son chiffre d’affaires de +1,6 % selon l’enseigne ce qui lui permet de conforter sa position de leader avec 19,6 % de parts de marché, soit +0,3 point par rapport à 2016. Au total, les ventes en valeur de PGC et PFLS ont progressé de +2,1 % depuis 2016.

Au bilan, l’enseigne E.Leclerc estime sortir de l’année 2017 « renforcée dans ses choix de diversification et de montée en gamme », selon le communiqué qui se conclut par une citation de Michel-Edouard Leclerc, Président des centres qui portent son nom. « Pour 2018, la modernisation des magasins se poursuivra afin de répondre aux attentes de nos clients et collaborateurs. Mais c’est l’assaut du marché parisien par les divisions E.Leclerc qui constituera un événement majeur de l’actualité de la distribution, tout comme la création et le développement d’un concept totalement dédié au bio. » De quoi entretenir la flamme.

Soucre : LSA-Conso
Par Jérome PARIGI

Partager :

S’inscrire à la newsletter :