Stokomani est une chaîne de magasins de déstockage, ouverte depuis 1971. Elle rachète des stocks entiers de produits à des grandes marques de mode, d’hygiène, de beauté, d’équipement pour la maison et de jardinage. Avec 508 millions d’euros de chiffre d’affaires et 21 nouveaux points de vente en 2018, l’enseigne compte passer le cap des 100 magasins d’ici la fin de l’année.

L’objectif de Stokomani est de donner envie de venir en magasin aux clients. Pour ce faire, ils font en sorte que les boutiques soient bien éclairées, pratiques, et différentes à chaque visite, puisque 500 nouveaux produits, en moyenne, arrivent en magasin chaque semaine.

Même si l’enseigne continue à appliquer certains « codes du discount », comme l’absence de conseil en magasin, selon Delphine Mathez « ce n’est pas parce qu’on fait du discount que l’on doit avoir des magasins paupérisants« . Pour la Présidente de Stokomani, il est nécessaire que les clients soient bien accueillis, et qu’il y ait du personnel en magasin.

Au fil des années, les rapports avec les industriels se sont professionnalisés. En effet, les déstockeurs sont désormais devenus un canal de vente à part entière. Cela s’applique principalement au commerce textile, dont le marché est en réelle baisse, et qui se retrouve avec beaucoup de reliquats en fin de saison.

Alors qu’une étude du cabinet Xerfi estime que l’activité des déstockeurs devrait progresser de 8% d’ici à 2021, l’objectif de Stokomani est d’atteindre les 130 magasins, et les 700 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2022.

Propos tirés de l’interview de Delphine Mathez, Présidente de Stokomani, dans l’émission Innover pour le Commerce sur BFM Business.

Partager :

S’inscrire à la newsletter :