Grâce à l’inauguration de son toit vert le 19 juillet dernier, le IGA extra Famille Duchemin est devenu le tout premier marchand d’alimentation canadien à vendre des légumes biologiques cultivés sur son toit.

 

 

Des produits de qualité, d’une grande fraîcheur, avec du goût et en circuit ultra-court, c’est ce que souhaitent de plus en plus de consommateurs. Pour répondre à cette demande, les enseignes de supermarchés font ainsi le pari d’installer des potagers sur leur toit. Ce qui est notamment le cas de Carrefour qui a inauguré en avril dernier une ferme maraîchère de 1 200 mètres carrés sur le toit du parking couvert de son hypermarché de Villiers-en-Bière, en Seine-et-Marne. Au Canada, le magasin IGA extra Famille Duchemin, situé à Montréal s’est doté de son propre potager.

 

Ici, poussent une trentaine de variétés de fruits et légumes, tous certifiés biologiques par Ecocert Canada : salades, piments, fines herbes, aubergines, tomates, etc. Une fois arrivés à maturité, ces produits sont directement vendus aux consommateurs. Le supermarché est le tout premier magasin du Canada à vendre des produits bio qui poussent sur sa toiture, mais aussi le plus grand potager bio sur toit du pays. Celui-ci couvre plus de 2 300 mètres carrés !

 

 

Le défi agricole

 

Le toit vert possédant un terreau de seulement 15 cm d’épaisseur, la fertilisation du sol a été tout un défi. Dans ce type de sol, on ne fait pousser que des plantes qui demandent peu d’entretien et de nutriments, soit tout le contraire des légumes. Un agronome a donc élaboré un plan, qui prenait aussi en considération le vent et la chaleur, plus intenses sur un toit. La chaleur permet en effet de commencer la saison plus tôt, dès la fonte des neiges. Un tunnel sera installé pour continuer la culture sous serre en novembre.

Les tuteurs ne pouvant tenir dans le sol, les employés de la boulangerie ont mis de côté des seaux en plastique, dans lesquels du ciment a été coulé pour figer les piquets.

 

Production

 

Parmi les nombreuses variétés de légumes cultivés, on compte une dizaine de sortes de tomates. Il souhaite en faire découvrir des nouvelles aux consommateurs, comme l’Indigo Rose, qui prend une teinte noire à rose en fonction de sa maturité.

Encore en démarrage, des bénévoles sont parfois requis pour aider à l’entretien du potager, mais La ligne verte souhaite que le plan d’affaires se pérennise avec deux employés.

Des projets sont en développement, comme la production de compost, ce qui éviterait d’en acheter en début de saison. À terme, le maraîcher voudrait aussi ajouter la culture de fleurs, en plus de celles déjà utilisées pour protéger les légumes de certains insectes.

 

 

Retrouvez ma chronique sur BFM à ce sujet : http://bit.ly/2fQP32E

Partager :

S’inscrire à la newsletter :