Soixante-dix ans après son invention, le titre restaurant est devenu une véritable institution pour des millions de salariés français (entre autres).

Il est en passe de connaître sa révolution « digitale » avec le lancement de Lunchr, qui ne se contente pas d’adopter un support de paiement moderne mais revisite la totalité de l’expérience utilisateur.

Quiconque, consommateur ou commerçant, a déjà utilisé un ticket restaurant, un chèque déjeuner ou l’une de ses autres déclinaisons commerciales. Sous forme imprimée, de carte à puce ou même sur smartphone (avec Apple Pay, chez Edenred).

Commerçant ou consommateur, chacun a certainement vécu les frustrations de l’acceptation incertaine dans les points de vente, du rendu de monnaie interdit, du crédit insuffisant ou du dépassement de plafond imposant de régler ses dépenses en deux fois en faisant perdre son temps à tout le monde…

Avec Lunchr, toutes ces petites irritations du quotidien seront oubliées, progressivement. Par exemple, son support est une carte Mastercard, immédiatement compatible avec les terminaux de paiement de plus de 180 000 restaurants et autres boutiques d’alimentation dans l’hexagone. À terme, il devrait aussi être possible de compléter les allocations réglementées par un mécanisme de « top-up » permettant de n’avoir à utiliser qu’un moyen de paiement quelle que soit la situation du compte de titres restaurant.

Mais Lunchr introduit une rupture bien plus importante en abordant le marché avec une perspective inédite. Sa solution n’est en effet pas considérée comme un simple instrument de paiement, elle se positionne comme un assistant complet de l’organisation du déjeuner des salariés. Pour ce faire, la startup capitalise sur son application mobile existante – publiée depuis plus d’un an –, qui permet de rechercher un restaurant, de pré-commander et pré-régler un repas… et aussi de bénéficier de promotions.

Ce dernier aspect souligne d’ailleurs une dimension sociale de l’approche de Lunchr, visant à catalyser les relations entre collaborateurs dans les entreprises. Dans cette optique, l’application prend en charge les commandes de groupe, qui peuvent donner lieu aux réductions promises (jusqu’à 30%), tout en intégrant le principe du paiement individuel. L’ambition est de contribuer de la sorte à la vie communautaire, à des rencontres impromptues (on n’est pas loin du concept de Never Eat Alone)…

Par sa thématique spécifique, jusqu’à maintenant vierge de toute disruption, et en attendant que la tendance n’affecte l’ensemble du secteur (des paiements et au-delà), le domaine des titres restaurant se prête naturellement à une transition vers l’immersion (presque) invisible des services financiers au cœur de l’expérience utilisateur. Lunchr propose ici une brillante démonstration de la faisabilité de ce principe grâce aux technologies modernes et de ce qu’il peut apporter concrètement au consommateur.

Partager :

S’inscrire à la newsletter :