Ekoplaza, synonyme de bio en néerlandais est une chaîne de supermarchés bio. Elle existe depuis 1980 et compte aujourd’hui 74 boutiques dans le pays. Le 28 février l’enseigne a ouvert le LAB, premier magasin avec un rayon 100% sans plastique.

Découvrez la chronique de Rodolphe Bonnasse, PDG CA COM GROUPE sur Bfm Business sur ce sujet 

PARTENAIRE
En partenariat avec A Plastic Planet créée en 2017 par deux femmes , Frederikke Magnussen et Siân Sutherland qui ont eu une véritable prise de conscience sur la consommation de plastique dans le monde.

CHIFFRES PLASTIQUE
Une étude récente publiée dans la revue Science Advances a révélé que plus de 8,3 milliards de tonnes (ou 9,1 tonnes) de plastique ont été produites, distribuées et rejetées depuis les années 1950. Sur ce total, 6,3 milliards de tonnes peuvent être classées comme déchets, mais seulement 9% de ce total sont recyclées et 12% sont incinérées. Le reste, environ 79% des déchets de plastique, s’accumule simplement dans les décharges ou pollue l’environnement naturel.

« Il n’y a absolument aucune logique à emballer quelque chose d’aussi éphémère que la nourriture dans quelque chose d’aussi indestructible que plastique », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Les acheteurs de la filiale Jan Pieter Heijestraat de la chaîne de supermarchés néerlandaise Ekoplaza auront à leur disposition environ 700 produits sans plastique: viande, riz, sauces, produits laitiers, chocolat, céréales, yaourts, collations, fruits et légumes frais.

Les marchandises dans l’allée porteront toutes le label Plastic Free Mark, un nouveau label introduit par A Plastic Planet pour aider les acheteurs à identifier rapidement les produits qui ne contiennent aucun emballage plastique.

Ekoplaza met le paquet sur tout ce qui est recyclable (carton, verre, métal) et sur les matières biodégradables. En ligne aussi !

LES ALTERNATIVES BIODEGRADABLE

Aujourd’hui on exploite surtout les glucides issus de la pomme de terre, du maïs, de la betterave ou de la canne à sucre pour produire du bioplastique.

LES ALTERNATIVES EN DEVELOPPEMENT

Les algues : Transformé sans produits chimiques et peu coûteux en eau, ce bioplastique se dégrade très rapidement, contrairement à certains agroplastiques à base d’amidon qui ne sont que partiellement biodégradables. Les carapaces de crevettes : un plastique compostable à partir d’un glucide présent dans les carapaces de crevettes : la chitine. Également présente chez les insectes ou dans la nacre, donc chez certains coquillages.

LES ALTERNATIVES EN DEVELOPPEMENT

L’huile végétale : Contrairement à de nombreux autres bioplastiques, le produit développé par la société indienne serait biodégradable à 100 % et dépourvu de composés organiques volatiles (COV).

La banane : Comme dit précédemment, l’amidon est actuellement le composé naturel le plus apte à la fabrication du bioplastique. Lorsqu’il est encore vert, le fruit est particulièrement riche en amidon. Lequel est transformable en polymère et donc en agroplastique.

AUJOURD’HUI LE VRAC

• 0,5% : la part des consommateurs qui achètent en vrac, contre 3,8% en bio

• 16% : le pourcentage des Français qui disent acheter en vrac, contre 19% pour les Européens

• Entre 300 et 350 M€ : le CA estimé du vrac

Source : Zéro Waste ; McKinsey

Partager :

S’inscrire à la newsletter :