Dans le quartier des affaires de San Francisco, nous allons visiter Wingtip, un boutique assez incroyable.

Créée en 2012 dans l’ancien immeuble de la banque d’Italie et réinventée récemment, cette boutique est un mélange du Printemps (Homme) et de la Grande Epicerie. Pour les hommes et rien que pour les hommes. Ou presque…

Une partie du magasin est en free access : on peut y entrer librement, comme dans n’importe quelle boutique et y acheter des vêtements, pantalons, boutons de manchette. Le style prédominant est chic et classe. On y trouvera plus de costumes que de jeans.

La différence avec les autres boutiques, c’est l’offre « membres, » qui donnes accès à de nombreux services. Comptez entre 25$ et 200$ par mois tout de même. Ce statut membre vous donne accès à toute l’histoire de Wingtip.

C’est ainsi 900 membres qui peuvent aujourd’hui bénéficier d’un barbier sur place. Ideal lorsqu’on a besoin de se refaire une beauté.

Bien évidemment, ce n’est que le début. Un bar lounge avec salon VIP avec ses espaces de détente.

Pour ceux qui souhaite admirer la vue de San Francisco, un Rooftop, l’un des plus beaux de la ville.

Les amateurs de golf pourront également tester le simulateur 3D. Ce dernier les emmènera sur le parcours de Saint Andrews en Ecosse.

Installé dans ce qui était auparavant le coffre fort de la banque d’Italie, le tailleur vous confectionnera des costumes sur-mesures. Une savoureuse métaphore qui illustre la valeur du sur-mesure pour la marque.

Outre tous ces services, la boutique, qui compte tout de même 11% de femmes offre la possibilité de tester des casques audio de marques de luxe et possède un mur de montres. Le principe est simple, vous déposez votre montre, vous en prenez une. Ainsi tous les membres du club peuvent s’échanger des montres de valeurs quand bon leur semble. Enfin, le premier vendeur d’articles de pêche à la mouche de San Francisco vous conseillera si besoin.

Découvrez la chronique de Rodolphe Bonnasse, PDG CA COM GROUPE sur BFM Business sur ce sujet 

Partager :

S’inscrire à la newsletter :