Pas de caissiers, pas de serveurs, quelques humains en tee-shirt rouge pour rassurer les clients qui ne savent pas où glisser leur carte de crédit : voilà le restaurant du futur, façon San Francisco. Végétarien, bien sûr. Il est conseillé d’aimer le quinoa, et de préférence passionnément : c’est l’élément de base du menu.

Eatsa a ouvert le 31 août 2015 près d’Embarcadero, à San Francisco, et on s’y bouscule déjà. Le propriétaire, David Friedberg, un ingénieur astrophysicien passé par Google, n’a pas choisi l’endroit par hasard : Rincon Plaza, en plein quartier « techy », à l’ombre des bureaux de Salesforce, l’éditeur de logiciels. Devant la boutique, un employé (il en faut tout de même quelques-uns, ne serait-ce que pour débarrasser les tables), a disposé des pancartes annonçant le temps d’attente : cinq minutes, huit minutes.

Personne chez Eatsa pour prendre la commande, sinon un iPad. Au menu : des bowls (bolées) de quinoa que l’on agrémente d’ingrédients divers : haricots pinto, betteraves, maïs grillé, pois chiches, noix de pécan, sauce curry… Depuis que Chipotle, la chaîne de fast-food proposant de la nourriture mexicaine, l’a lancé, le concept de bowl (en carton recyclé) est à la mode. Il permet toutes sortes de mélanges et ne nécessite pas de pain ou de tortilla. Pas de glucides, rien que des protéines.

Puis d’autres restaurants ont ouverts aux Etats-Unis, il y en a aujourd’hui sept : San Francisco, Los Angeles, Berkeley, New York, Washington…

Partager :

S’inscrire à la newsletter :