Aldi semble finalement se lancer dans l’e-commerce : le discounter allemand ouvrira un webshop, non par hasard, au Royaume-Uni, qui servira de terrain d’essai.

retailblog-aldi

Le Royaume-Uni « terrain d’essai idéal »

« Le marché britannique est le terrain idéal pour effectuer un test à grande échelle : le consommateur britannique est un fan inconditionnel du shopping online. La vente internet de produits alimentaires y a atteint un niveau que le commerce allemand est loin d’égaler », lit-on dans  le magazine allemand Lebensmittel Zeitung.
Toujours selon le magazine, Aldi avait déjà des projets dans le domaine du e-commerce depuis plus de dix ans. Toutefois le management aurait rencontré une forte opposition, surtout sur son marché domestique, de la part des gérants de filiales craignant que leur chiffre d’affaires ne soit affecté si le groupe ouvrait un webshop.
Outre la Grande-Bretagne, Aldi envisagerait également l’ouverture de webshops pour l’Espagne et le Portugal. Précisons qu’il est question ici d’Aldi Süd. On ignore toutefois si le groupe Aldi Nord, plus conservatif et sous lequel opèrent la Belgique et les Pays-Bas, a des projets similaires.

Révolution Click & Collect

Selon Planet Retail, l’e-commerce au Royaume-Uni représenterait déjà 11% du chiffre d’affaires global du retail dans le pays. « En se lançant online, le discounter disposerait d’un nouveau canal de croissance, en plus de sa stratégie d’expansion déjà très agressive de son réseau de magasins physiques », explique le directeur de recherche Rob Gregory.
Toutefois Aldi aura à faire face aux valeurs établies, déjà actives depuis longtemps dans le domaine du e-commerce et tirant déjà pleinement profit de leurs points de retrait ‘click & collect’. Les numéros un et deux, Tesco et Asda, se sont lancés online respectivement en 2010 et 2011 : chez Tesco plus de 300 magasins sur les 2.650 au total sont déjà dotés d’un point de retrait ; chez Asda il est question de 592 magasins avec point d’enlèvement.
En début de mois l’enseigne Sainsbury’s annonçait, elle aussi, le déploiement de points de retrait pour produits alimentaires. Le numéro trois du marché du food britannique espère disposer d’une vingtaine de points d’enlèvement d’ici la fin de ce mois et d’une centaine d’ici la fin de cette année.

Source : Retaildetail

Partager :

S’inscrire à la newsletter :