Après un chiffre d’affaires de 156 milliards de dollars en 2016, l’appétit d’Amazon reste insatiable, et s’immisce de plus en plus dans le monde physique afin d’étendre son ubiquité. Le dernier né : AmazonFresh Pickup.

Amazon vient de lancer dans sa ville natale de Seattle, deux AmazonFresh Pickups, confirmant ses ambitions d’accroitre sa présence dans le monde physique.

AmazonFresh pour rappel est le service de livraison de produits frais, surgelés et d’épicerie présent aux USA et au UK. AmazonFresh propose au client d’être livré sept jours sur sept, de 7h du matin jusqu’à 23h en moins de 2 heures.

Commande

Le principe d’AmazonFresh Pickup est le suivant : une fois la commande effectuée sur le site d’AmazonFresh, ou l’appli, 15 minutes plus tard le client peut aller chercher sa commande au drive alimentaire qui compte environ 15 employés dont 3 à 5 personnes dédiées aux chargements des courses dans les véhicules.

Sur les 2 points de pickup, on peut lire sur des panneaux « Shop online. Pick up here » ou encore « Relax while we load your groceries. » soit la promesse d’un parcours clients fluide et sans friction.

livraison dans le coffre chargement dans le coffrebye bye

 

 

 

 

 

 

Une attente moyenne de seulement 5 minutes est annoncée pour récupérer ses emplettes effectuées en ligne. AmazonFresh pickup est essentiellement réservé aux clients Prime (qui ont souscrit un abonnement à l’année de 99$).

Cette annonce fait suite à AmazonGo lancé fin 2016 (toujours à Seattle), le nouveau concept de magasin où le client, ayant au préalable téléchargé l’application dédiée, prend tous les articles qu’il désire et sort sans le moindre contact avec un vendeur et ni même un passage en caisse. Tout cela est possible grâce à une AI (Intelligence Artificielle) avancée couplée à des outils de reconnaissance d’images très performants.

Le commerce ambiant est en marche…

Avec un univers qui compte Prime, Echo, Dash, AmazonGo, Alexa et AmazonFresh Pickup, Il semblerait que la transition du virtuel au physique soit en cours pour le géant américain.

Le marché du Food aux USA est estimé à 600 milliard de dollars, Amazon compte bien asseoir sa croissance sur ce secteur en investissant petit à petit le monde physique, largement préempté par WalMart.

Ces dernières années Amazon a constitué sa propre logistique afin d’éliminer les intermédiaires tels que Fedex, UPS, de réduire les coûts et d’optimiser le temps des livraisons… Nom de code : Amazon Flex.

Amazon Flex compte des avions cargo (20 Boeings et 767 avions de fret à ce jour), des porte-conteneurs, des drones. Amazon a lancé fin 2016 ses propres activités de transporteur maritime. Depuis le mois d’octobre 2016, plus de 150 conteneurs ont déjà été acheminés depuis les usines chinoises vers les entrepôts d’Amazon aux Etats-Unis. Sans parler des nombreuses initiatives de livraisons par drones, d’aménagement d’Amazon lockers, voire d’entrepôts aériens (brevet déposé) afin d’être le maître du dernier kilomètre et répondre aux besoins de ses clients.

Amazon préempte tous nos moments de vie sous couvert d’AI. L’enseigne de Jeff Bezos, veut rendre notre parcours de vie plus fluide, totalement ambiant. Amazon Echo (Alexa), Amazon dash en sont les exemples parfaits de par leur praticité. Sur la base du schéma ci-dessous, Amazon remplit toutes les composantes d’un processus d’achat transparent, ubiquitaire, dans un temps minime et sans couture ! Pour aller toujours plus loin, Amazon travaille sur son digital ID biométrique (reconnaissance d’image et vocale) annoncé au dernier AWS forum fin 2016 afin de rendre là encore le parcours client plus transparent.

Source : Echangeur

Partager :

S’inscrire à la newsletter :