Comment Franprix personnalise à l’extrême ses pubs mobiles

Comment Franprix personnalise à l'extrême ses pubs mobiles

En exploitant judicieusement les cookies et en extrapolant des comportements de clients, Franprix et Capital Data personnalisent au maximum les pubs sur mobile pour attirer le chaland en magasin. Un cas d’école.

« Le web-to-store est une évidence pour Franprix car c’est un business de « flux », justifie François-Xavier Germain, le directeur marketing du distributeur. En tant qu’enseigne de proximité, on doit capter le client au moment où son besoin s’exprime. On ne peut pas le faire avec des prospectus. »

Franprix s’appuie donc sur Capital Data (groupe HighCo) pour « réconcilier » un vaste ensemble de données hétérogènes et en tirer profit. Les deux partenaires, d’abord, exploitent de façon classique les cookies publicitaires présents sur de nombreux sites. Puis, c’est plus original, ils croisent ces informations avec des comportements types extrapolés à partir des historiques d’achat des clients encartés de l’enseigne. L’algorithme de Capital Data se nourrit ensuite de données contextuelles (météo, géolocalisation) pour dégainer un message optimisé sur des applis ou sites mobiles ouverts à la publicité programmatique.

Pour prendre un exemple simple (et caricatural), si vous avez l’habitude de consulter le site de l’Équipe et si un match de foot important est prévu pour ce soir, Franprix pourra pousser une pub pour de la bière lorsque vous consulterez l’appli mobile de Facebook, en vous indiquant l’adresse du magasin le plus proche. Voire y ajouter une offre pour de la glace s’il fait beau et s’il s’avère que ses clients achètent parfois bière et glace les soirs de match à la belle saison.

« Tout en respectant un strict anonymat, notre algorithme calcule des préconisations personne par personne, et non par segment ou catégorie d’individus », se félicite Nicolas Cassar, directeur marketing et communication de Capital Data.

La collaboration entre Franprix et Capital Data, qui a démarré en 2016, monte progressivement en puissance. Le distributeur estime déjà que 5 à 10 fois plus de clients sont touchés par ses campagnes publicitaires digitales personnalisées que par ses prospectus. Avec un retour sur investissement « 20 à 30 fois meilleur », assure-t-on chez Capital Data.

Un prochain enrichissement de la solution devrait bientôt permettre de cibler les touristes de passage à Paris, avec des publicités poussées dans leur langue maternelle. « La seule limite à la création de campagnes web-to-store est notre imagination », s’amuse François-Xavier Germain.

Par : B. Merlaud
Source : linéaires

Partager :

S’inscrire à la newsletter :