La marque symbole du « vivre autrement » déploie son offensive sur le digital. Avec son site de e-commerce ouvert à son écosystème de fournisseurs, la plateforme change de dimension. Et les vendeurs en magasin en sont les premiers ambassadeurs.

Nature & Découvertes, c’est l’une des plus grandes chaînes de concept stores en France. Dans chaque magasin de 300 m2, six univers bien distincts cohabitent, depuis la cosmétique bio aux jouets en bois pour les enfants, jusqu’aux sacs à dos, jumelles, etc. Cela représente 2 500 références en moyenne par point de vente, des produits ultra-sélectionnés, commercialisés pour la plupart sous la marque de l’enseigne. Les clients aiment la philosophie de la marque : Nature & découvertes pourrait vendre des confitures, des chocolats ou encore des cabanes de jardin… cela fonctionnerait ! Sauf que les magasins ont des murs et ne font que 300 m2. Une frustration de ne pas pouvoir travailler avec ces petits producteurs.

 

 

 

Une marketplace pour élargir l’offre produit

C’est désormais possible sur notre place de marché web (marketplace). Face aux autres marketplaces  existantes – comme la Fnac ou Darty qui sont des distributeurs, le souhait est de développer une communauté de personnes engagées qui aiment le concept Nature & Découvertes. La particularité de N&D est d’être à la fois une enseigne, une marque, et aussi une fondation. Pour créer cet écosystème, une prospection dans tous les salons du « vivre autrement », du bien-être et de l’écologie a été faite, afin de trouver des vendeurs prêts à s’affilier à la marque.

L’idée est de créer une sélection très pointue de produits et d’être le plus exhaustif. Il y a actuellement 4 500 références de produits le site avec pour objectif de grimper à plus de 20 000 références.

 

Le Web prend pied dans les points de vente via les tablettes
En parallèle à cette marketplace, Tous les magasins vont être équipés de tablettes numériques. L’objectif est d’améliorer le taux de transformation des 30 millions de personnes qui se rendent chaque année dans les magasins N&D. Tous les vendeurs disposeront d’une tablette pour répondre aux souhaits divers et variés des clients, qui demandent, en permanence, d’autres produits.

Les ventes en ligne ne rentrent pas dans le chiffre de vente du magasin. En revanche, le « click and collect » est comptabilisé, de même que le « store to web », c’est-à-dire une vente réalisée sur tablette, par un vendeur du magasin.

source : technologies.lesechos.fr

Partager :

S’inscrire à la newsletter :