Pour surveiller l’acheminement des livraisons de leurs bouteilles, les viticulteurs peuvent avoir recours à des caisses connectées, développées par la startup eProvenance. Il s’agit notamment de s’assurer que la température reste constante afin de garantir la qualité du vin à l’arrivée.

 

atelier-caisse-de-vin-connectee

L’entreprise franco-américaine eProvenance, créée par Eric Vogt en 2007, s’est emparée d’un marché peu exploité jusqu’alors. Elle a récemment présenté sa seconde génération de capteurs, insérés dans les caisses de vin afin de mesurer les variations de température et d’humidité subies par les bouteilles au cours du transport et pendant leur conservation. Le développement de cet outil répond à un besoin des viticulteurs d’assurer à leur clients à l’international, la qualité du cru commandé après le voyage. Les capteurs mis en place à l’intérieur des caisses de vin relèvent et enregistrent la température et l’hygrométrie toutes les 4 heures. Selon l’étude de marché réalisée en amont par eProvenance, les consommateurs sont prêts à rajouter quelques dizaines d’euros à la facture pour être sûrs de la marchandise qu’ils reçoivent. Le fait que le système reste opérationnel pendant 15 ans leur permet en plus de garantir leurs propres conditions de conservation. Cela certifie d’une qualité et permet de gagner 30% du prix en cas de revente du vin.

 

 

Le soutien d’Oseo

L’agence française de l’innovation OSEO a partiellement financé la technologie des caisses « intelligentes », mais pour le reste, les producteurs paraissent prêts à investir dans ce système. Le domaine Ponsot – spécialiste de Grands Crus Bourguignons – est le premier utilisateur. Le viticulteur Laurent Ponsot a décidé de miser sur ces capteurs alors qu’une mauvaise critique avait remis en cause la qualité du vin après le transport vers les États-Unis. Depuis quelques mois, le domaine est en mesure d’équiper ses caisses à vin des capteurs développés par eProvenance. Au moment de la réception de la commande, leurs clients peuvent maintenant accéder aux courbes de données sur la température et l’humidité au cours du voyage sans même ouvrir la caisse. Pour cela, il suffit qu’ils disposent d’un téléphone Androïd équipé d’une puce NFC, et qu’ils téléchargent l’application « Ponsot i-Case », disponible sur Google Play. « Nous maîtrisons aujourd’hui la fameuse « chaîne du frais » « , assure Laurent Ponsot.

Le marché viticole se met aux nouvelles technologies

La diffusion de l’application mobile permet en outre de renseigner le producteur sur le profil du client et donc de cibler davantage ses offres. Et comme le producteur peut également accéder à distance aux données collectées par la caisse connectée, les capteurs permettent généralement d’obtenir la satisfaction des clients ou de prévenir d’éventuelles déceptions liées aux conditions de transport. De plus, ce système rend plus transparent le respect du cahier des charges des transporteurs puisqu’un score eProvenance est associé aux vins à l’issue du voyage et que ce dernier rend compte de la durée d’exposition des bouteilles aux différentes températures enregistrées. « Outre le fait qu’elle permet d’identifier précisément les responsables en cas de litige, cette question de la traçabilité des produits est dans l’air du temps », explique Grégory Choquel, responsable du développement chez eProvenance. D’ailleurs, si eProvenance a breveté cet usage des capteurs dans le transport de vins, l’entreprise s’est inspirée de précédents : le traçage de marchandises fragiles existe déjà pour les vaccins ou certaines oeuvres d’art.

 

source : atelier.net

Partager :

S’inscrire à la newsletter :