Le réseau social a annoncé sur son blog qu’il préparait des pubs plus pertinentes et personnalisées, grâce à… l’historique de recherche des internautes, en dehors de Facebook. Le réseau va désormais utiliser les données recueillies lorsque les utilisateurs surfent sur d’autres sites ou applications. Un système de contrôle des publicités a aussi été mis en place pour ajuster les préférences et rassurer les utilisateurs.

Les publicités Facebook, notamment sur mobile, sont devenues le principal revenu du réseau social, qui se félicite d’avoir trouvé la poule aux oeufs d’or. La méthode : Facebook diffuse des annonces très personnalisées en utilisant les informations que les utilisateurs partagent avec le réseau, les « likes » et les pages qu’ils aiment. Bref, tout reste cantonné au réseau social. Bientôt pourtant, cela va changer.

Suivre les utilisateurs en dehors du réseau

Facebook se lance dans la publicité ciblée par centres d’intérêt, largement utilisée sur le web. Depuis un smartphone, Facebook peut désormais recueillir des informations sur les utilisateurs qui s’authentifient sur des applications tierces via le réseau social [avec le fameux bouton « inscrivez-vous avez Facebook »] ou à travers les boutons « j’aime ». Depuis un ordinateur, le réseau social accède à ces informations sur les habitudes de navigation des internautes via les cookies et les pixels de suivi (« conversation pixels »).

Ceux-ci permettront à Facebook  – selon ses propres mots – de « collaborer avec des tiers afin de vous diffuser, sur Facebook ou ailleurs, une publicité, par exemple pour un partenaire dont vous venez de visiter le site web ou d’utiliser l’application ». Si un internaute fait des recherches sur une destination touristique, Facebook pourra lui servir des publicités d’une compagnie aérienne, une agence de voyage… Sans même que l’internaute n’ait « liké » du contenu de cette marque sur le réseau social.

Ce nouveau système de suivi publicitaire sera mis en place pour les utilisateurs américains dans les semaines à venir, puis dans les prochains mois pour les autres. Il sera possible toutefois de se « désinscrire » grâce au bouton « opt out » de la Digital Advertising Alliance.

000216373_imageArticle

Une stratégie de « colonisation du web » qui paye enfin

Facebook avait promis qu’il n’en viendrait pas là, mais l’évolution semble logique pour le réseau qui s’est appliqué à coloniser l’écosystème web depuis des années, à coup de boutons « inscrivez-vous avez Facebook » et de « likes » disséminés sur les applications et sites tiers. La toile tissée par le réseau social lui donne accès à une mine d’informations sur ce que font les utilisateurs en dehors de Facebook. C’est le moment d’engranger les bénéfices.

Facebook a toutefois ajouté de nouvelles mesures de contrôle, permettant aux utilisateurs de savoir pourquoi telle publicité leur est montrée, et de modifier la liste de leurs centres d’intérêt pour un meilleur contrôle du contenu qui leur est présenté.

Source : usine-digitale.fr

 

Partager :

S’inscrire à la newsletter :