Pilote pour le déploiement du concept Mag 3.E dans les supermarchés de l’enseigne, Intermarché Libourne (33) a une autre originalité : son drive. Valérie Boyer, l’adhérente, a profité de l’agrandissement et de la rénovation de son supermarché pour concevoir un drive sans précédent.

A première vue ce drive ressemble à n’importe quel drive de supermarché fonctionnant en mode picking. Avec, sous un auvent, un parcours balisé au sol, peint en rouge, et quelques places de stationnement. Ici, pas de bornes, la réception des clients et le paiement se font à deux comptoirs – des ouvertures sur le bardage – donnant sur les pistes.

retailblog-intermarché

 

Un circuit court en magasin

L’originalité ? Les clients peuvent aussi acheter à ces comptoirs une sélection de produits : pain, viennoiseries, pâtisseries, confiseries mais aussi sandwichs et boissons. Des articles exposés dans d’élégants présentoirs en bois. Une formule déjeuner (sandwich + pâtisserie + boisson) est aussi proposée à 5,35 € seulement. Pratique et de quoi séduire les clients qui préfèrent acheter leur pain de visu.

La spécificité du concept réside aussi dans le fait que ces comptoirs « drive-boulangerie » sont ouverts à tous, pas seulement aux clients du drive. « La moitié des personnes qui se présentent aux comptoirs ne sont pas clients du drive et viennent juste acheter du pain ou des bonbons. Des enfants y viennent aussi », pointe Valérie Boyer. De quoi remplir en partie les heures creuses de fréquentation du drive. Pour assurer la visibilité du dispositif, un écran vidéo géant a été installé sur la façade du drive.

Très imaginative, l’adhérente a aussi voulu faire de ses comptoirs un véritable point de contact avec les clients. Les managers drive s’assurent que les produits de substitution proposés sur le site lors de la passation de la commande conviennent bien aux clients. Ils leur présentent d’autres produits si besoin, y compris des articles non référencés sur le site drive.

Les équipes drive incitent aussi les clients à faire un complément de courses dans le magasin. L’argument clé : une caisse leur est réservée à l’accueil. Un kakémono posé sur les pistes indique par ailleurs qu’un café leur est offert à l’entrée du magasin (en partenariat avec une marque). « L’avenir du drive sera de permettre aux clients d’acheter sur place et avec rapidité des produits sortant de la liste de courses », estime l’adhérente.

 

32 casiers 24 h/24 h

L’initiative de Valérie Boyer, par ailleurs responsable merchandising de l’enseigne au national, a d’autant plus de poids chez Intermarché que son drive est l’un des plus performants du réseau. La quote-part du drive de Libourne serait l’une des cinq plus élevées : 10 % des ventes totales (17 M€ hors carburant), avec un panier moyen de 105 € et 350 commandes/semaine en moyenne. Intermarché étudie un éventuel déploiement national des comptoirs drive, qui ne font pas partie du concept Mag 3.E.

L’originalité d’Intermarché Libourne ne s’arrête pas là. « Mi-janvier, je vais aussi inaugurer un local sécurisé ouvert 24 h/24 h, 7 jours /7, avec 32 casiers frais, sec et surgelés pour des commandes passées sur le site drive, avec des prix identiques à ceux du drive. » L’accès à ce local se fera avec un code fourni lors de la passation de la commande sur le site drive de l’enseigne. Le code servira aussi à ouvrir les casiers. A l’intérieur du local, une porte blindée communiquant avec le magasin permettra d’éviter les effractions.

Pour des raisons de sécurité, la zone du parking située devant le local à casiers sera éclairée. Deux places, peintes en rouge, sont réservées aux clients du service 24 h /24 h. Le magasin vise notamment les 20-30 ans qui se montrent les plus intéressés selon une étude de marché réalisée pour le magasin. Les 30-40 ans et les salariés aux horaires décalés sont aussi ciblés. « Je n’ai pas peur de la confrontation entre les deux modèles du drive et du magasin physique », conclut Valérie Boyer.

 

 
Source : Linéaires

Partager :

S’inscrire à la newsletter :