Un supermarché abandonné du centre de Londres vient d’être transformé par deux entrepreneurs sur le modèle coopératif.
Cherchant à apporter des produits de qualité aux communautés les moins fortunées, le People’s Supermarket commercialise des produits locaux, artisanaux et bio, pour ses clients membres.

 

Le postulat : les clients seront prêts à donner 4 heures de leur temps par mois, ainsi qu’une petite cotisation, pour recevoir en échange une remise de 10% sur les produits et donc permettre de garder des prix bas en réduisant les coûts de personnel.
Le supermarché permet ainsi à sa communauté de réinventer la façon de faire ses courses : le choix des produits commercialisés, les fournisseurs, les horaires du magasin, la stratégie de l’activité, tout est voté par les membres. Les prémices d’un nouveau modèle de distribution fondé sur la solidarité et l’entraide ?

Notons également le design graphique global de l’enseigne très soigné. La coopération, l’esprit communautaire, accessible et démocratique sont autant d’éléments au cœur de cette identité qui se défend d’être élitiste. La bichromie et le graphisme « basic » de la charte font échos au système simple et « à but non lucratif » de l’organisation. De plus ce branding efficace permet au magasin d’imprimer sur place un grand nombre de supports de manière à réduire les coûts.

Quelque temps après l’ouverture du supermarché, une cuisine attenante à l’enseigne fut ouverte, « The People’s Kitchen ». Les plats cuisinés sur place par le chef Potts-Dawson sont préparés avec des ingrédients issus du supermarché pour réduire la perte des denrées alimentaires générée par les besoin de réassort et de DLC.

Cette initiative unique était un choix logique pour les fondateurs de « The People’s Supermarket ». Ils remettent en question les rouages classiques de la grand distribution à la manière des « Freegans »  tout en créant par cette alternative un nouveau business intelligent et économiquement viable. Il semblerait que ce lieu soit d’ailleurs un grand succès !

 

 


Partager :

S’inscrire à la newsletter :