Sogeprom, filiale de promotion immobilière de Société Générale a inauguré le 17 février 2015 les principales moyennes surfaces et boutiques d’Avaricum, le nouvel équipement commercial du cœur de Bourges. Qui avec ses 25 magasins, ses 9 500 m² de vente, sa disposition en ilots et son insertion architecturale dans la ville ancienne joue la carte du centre commercial raisonné, raisonnable et à taille humaine.

Si certains centres commerciaux s’illustrent, ou plutôt se sont illustrés dans le passé, par leur démesure, Avaricum, se caractérise plutôt par ses… justes mesures. Et pourrait incarner le nouveau style de centre commercial «raisonnable » – dans l’acception la plus constructive du terme – que l’on verra se développer ces prochaines années.

UN CENTRE COMMERCIAL INTRA URBAIN

Quand le foncier se fait de plus en plus rare, donc précieux, édifier le neuf au cœur des villes, et mieux encore réhabiliter une emprise urbaine en déshérence, devient un «acte vertueux ».
UN ÉQUIPEMENT MIXTE

Tant qu’à reconstituer un cœur de ville autant lui donner cette mixité urbaine constitutive de nos cités. C’est le cas d’Avaricum qui associe un ensemble de commerces et de services sur 12 800 m2, dont 9 500 m2 de surfaces de vente, 56 logements en accession à la propriété, 25 logements sociaux. Et aussi quelques 1 000 m² de bureaux. Le tout assorti d’un parc de stationnement de 390 places également très attendues dans les hypercentres.

 

retailblog-bourges
UN ENSEMBLE BIEN INTÉGRÉ

Tout ceci dessine, au propre comme au figuré, un centre commercial des plus intégrés dans son cœur berruyer. Par sa disposition d’abord. Il ne s’agit pas d’un ensemble monolithique, fermé et couvert mais au contraire d’un dispositif commercial à ciel ouvert séparé en 4 îlots distincts. Avec des magasins ouverts sur les allées de circulation intérieures qui se raccordent ainsi naturellement aux rues historiques, piétonnes et commerçantes adjacentes. Dont celles de l’Abbé Berthault, de la Poelerie et la rue Pelvoysin. La continuité du pavage de pierre entre rues et centre contribuent à créer le lien. Sans opter pour d’improbables pastiches, l’architecture des plus contemporaines s’insère pourtant naturellement dans les bâtiments anciens à colombages de bois et toit d’ardoise. En adoptant les mêmes proportions, avec des matériaux faisant écho : vitrines de verre, façades en étage habillées de bois, toitures de zinc. 

DES ENSEIGNES ATTENDUES…

Un autre avantage de (re)tailler un équipement commercial intra-urbain comme Avaricum est de pouvoir ménager la place suffisante pour loger des moyennes surfaces, sinon condamnées aux périphéries. Grâce à quoi Bourges peut enfin s’offrir le plus grand Zara de la région avec offre femme & homme sur 1 600 m². Les plus proches étant jusqu’alors ceux de Tours ou Orléans, à plus d’une heure de route. De même Habitat et Mango manquaient à la préfecture du Cher. Et Monoprix y fait son retour, après une très longue absence, répartis entre alimentaire, en principale locomotive du centre-ville, et cosmétique-prêt à porter. Foot LockerMarionaud et Kiko sont également nouveaux, et Histoire d’Or était jusqu’alors absent du centre. Mi-mars s’ajoutera Desigual, puis NewYorker en avril.

 

UN NOM ASSUMÉ !

Avari… quoi ? Avaricum est le nom latin de Bourges, c’est à dire «port sur l’Yèvre», la rivière locale. Mais c’est moins en latinistes distingués qu’en professionnels des centres commerciaux que les concepteurs lui ont choisi ce nom. «Tout habitant de Bourges et sa région connait le Cours Avaricum et sa localisation à proximité immédiate de notre site, souligne Isabelle Baudoin, directeur conseils et transactions pour les activités Commerce et Service de Sogeprom. Or la première qualité du nom d’un centre est bien de le localiser ! ». Avaricum aurait peut-être pu s’appeler… Jacques Cœur, du nom du négociant-banquier natif de la ville et grand argentier du roi de France Charles VII au 13e siècle. Beau nom et belle prédestinée pécuniaire pour un équipement commercial neuf de cœur de ville ! Qui en vitesse de croisière et sous bannière Avaricum, donc, vise entre 35 et 38 M€ de chiffre d’affaires annuel.

 

Source : LSA

Partager :

S’inscrire à la newsletter :