Le géant nordiste français s’est offert Alltricks, une start-up avec une forte croissance. Après plusieurs rencontres entre les deux entreprises, et un test au Decathlon de Mérignac, le «mariage» a été déclaré.

Un accord a été trouvé entre Decathlon et Alltricks. Le premier a racheté le deuxième en ce début de semaine et se renforce ainsi sur le marché du cycle. Alltricks est un site de vente en ligne d’articles de vélo mais également de course à pied. Cette entreprise qui a plus de dix ans a accumulé un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros en 2018 et vise les 80 millions cette année.

Ni le montant du rachat, ni la part acquise dans le capital n’ont été communiqués. Cependant, les fonds (PartechPartners, EntrepreneurVenture, 123IM, Sonorfi, Financière de la Gommerie) et l’ensemble des «business angels» ont cédé leur part à Decathlon, certains souhaitant se désengager. Le PDG-fondateur Gary Anssens conserve «une part significative du capital aux côtés de Decathlon», d’après le communiqué de ce dernier. «Notre ancrage dans le cyclisme est historique et nous recherchions un partenaire engagé et passionné qui nous ressemble […] ; avions nous envie d’un mariage avec un autre que Decathlon? Clairement non!», a déclaré le CEO d’Alltricks Gary Anssens.

Pour Decathlon, ce rachat va élargir sa clientèle sur le cycle. Le marché du vélo en France représente plus de deux milliards d’euros. Pour Alltricks, ce rachat signifie une évolution à plus grande échelle. Ce site en ligne crée son propre réseau de boutiques mais le développement de ce dernier est plutôt lent.

Cette alliance entre les deux entreprises permettra une meilleure synergie et un développement international à plus grande portée dans les cinquante-cinq pays où Decathlon est installé.

D’après Gary Anssens, «avec Decathlon, nous choisissons un partenaire expert et passionné qui garantit à Alltricks la pérennité de son ADN et qui accélérera notre développement web et omnicanal». Il s’agit de développer les différents canaux de distribution en améliorant ce qu’on appelle «l’expérience client».

En 2018, d’après une étude de Google et Practicology, Decathlon arrivait deuxième (66%) d’un top 10 d’expérience client omnicanale. Le calcul a été fait par rapport au pourcentage de principes et critères d’expérience client respectés. L’enseigne nordiste est devancée par Kiabi (67%).

Decathlon a d’autres projets d’association en France et ailleurs, pour étoffer et élargir son offre, d’après une source de l’enseigne.

Source : Le Figaro

Par : Mathieu Priore

Partager :

S’inscrire à la newsletter :