Boris Saragaglia, fondateur et PDG de Spartoo, était l’invité de la matinale des Echos. Il annonce le développement d’un réseau de magasins.

Boris Saragaglia a créé le site Spartoo à l'âge de 23 ans. - DR

Boris Saragaglia a créé le site Spartoo à l’âge de 23 ans. – DR

Créé il y a dix ans, le spécialiste de la vente de chaussures en ligne enregistre aujourd’hui plus de 140 millions de chiffre d’affaires annuel, dont 50 % à l’international – et emploie près de 400 personnes. Ouverture de magasins physiques, lancement de marques propres, croissance externe ou levée de fonds… Boris Saragaglia, PDG du site, fait le point sur sa stratégie.

« Les magasins sont d’excellentes vitrines pour la marque »

Il y a un an, Spartoo ouvrait son premier magasin physique à Grenoble. Boris Saragaglia justifie ce virage car « dans chacun des univers, il y a des avantages : avec Internet, c’est l’élargissement de la gamme et avec les magasins, c’est la proximité, l’accompagnement ». Depuis ce premier essai transformé, douze autres commerces ont été aménagés et la marque table sur cent nouvelles ouvertures d’ici à 2020. « Chaque magasin coûte environ 150.000 euros – sur le long terme, ces stratégies paieront. »

Capture d’écran 2016-05-03 à 10.32.22

Voir la vidéo ici

Développement de marques propres

Depuis trois ans, Spartoo a lancé trois marques exclusives qui représentent 10 à 15 % du chiffre d’affaires. Selon le patron du site, elles permettent « de se différencier de la concurrence car ce sont des éléments déterminants pour créer de l’affinité et de la préférence ». Des produits développés essentiellement en circuit court (Portugal, Espagne, Italie) : « c’est notre bassin de production privilégié pour optimiser ce business ».

Capture d’écran 2016-05-03 à 10.37.26

Voir la vidéo ici

Aucune levée de fonds à l’horizon

Depuis sa création, Spartoo a récolté environ 45 millions d’euros via trois levées de fonds – la dernière datant de 2012. Des besoins qui ne sont plus d’actualité selon Boris Saragaglia. Il explique avoir « la chance d’avoir une société très profitable qui permet de générer le cash nécessaire pour financer l’ensemble des investissements, c’est très positif ». Une introduction en bourse, « à court et moyen terme n’est pas un sujet à l’ordre du jour » affirme-t-il également.

Capture d’écran 2016-05-03 à 10.45.07

Voir la vidéo ici

L’intégralité de la vidéo

Capture d’écran 2016-05-03 à 10.41.54

Voir la vidéo ici

Source : LesEchos.fr

Partager :

S’inscrire à la newsletter :