Pour compenser le déclin de ses circuits traditionnels, l’entreprise danoise élargit sa distribution aux hôtels, sandwicheries et enseigne d’électronique.

Une gamme colorée de tasses, cafetières, théières et accessoires pour la cuisine à partir de 1,50 euro… Crise oblige, Bodum cherche à démocratiser son image avec des produits à prix modérés. C’est une petite révolution pour la marque bobo danoise, installée en France depuis vingt-cinq ans, perçue comme résolument haut de gamme.

PHO71fe3e1c-9178-11e3-83ec-6600c27969da-805x453

À Noël, des coffrets cadeaux à moins de 20 euros ont également permis d’animer la saison. En étoffant l’entrée de gamme, nous pouvons élargir notre clientèle.» Tout en équilibrant ses marges, grâce à une offre depuis 2009 de petit électroménager, vendu à des prix plus élevés.

L’initiative commerciale, destinée à célébrer les soixante-dix ans de l’entreprise danoise, doit aussi relancer ses ventes dans l’Hexagone: après avoir doublé entre 2009 et 2011, son chiffre d’affaires a stagné l’an passé autour de 20 millions d’euros, soit 10 % des ventes mondiales. L’entreprise fait les frais, depuis dix-huit mois, de la chute de son activité dans ses circuits de distribution traditionnels (grands magasins, boutiques d’arts de la table, de décoration…), qui représentent environ 40 % de son chiffre d’affaires.

 

 

Du coup, afin de se donner un second souffle dans l’Hexagone, ­Bodum souhaite élargir sa distribution, en direction notamment des enseignes spécialisées. Des discussions seraient ainsi en cours avec Darty et Boulanger.

Après s’être installée chez ­Monoprix il y a une dizaine d’années, Bodum a débarqué il y a un an dans les espaces «maison et design» de la Fnac avec une gamme dédiée, dont un petit barbecue à charbon qui a fait un carton. Bodum parie sur la volonté des chaînes d’électronique de se diversifier avec des produits d’usage quotidien.

Au Meurice et au Bristol

Prochaine étape: la restauration rapide. Bodum rêve de vendre ses «travel mug» dans les sandwicheries et autres coffee shops comme il le fait déjà chez Autogrill en Belgique ou chez Starbucks en Angleterre avec des produits customisés. Les célèbres cafetières à piston Bodum, qui représentent encore 30 % des ventes du groupe, équipent déjà depuis un an des hôtels parisiens comme Le Meurice, le Bristol ou les Sofitel Pullman. Autres relais de croissance: les liens avec les entreprises.

Par ailleurs, après avoir conçu des tasses pour Mondelez à l’occasion du lancement de ses dosettes de café Carte Noire, Bodum pourrait bientôt, selon nos informations, vendre dans ses boutiques un mélange spécialement élaboré par la marque.

source : www.lefigaro.fr

Partager :

S’inscrire à la newsletter :