La marque d’appareil photos Olympus a parfaitement compris l’intérêt de faire vivre une expérience à ses client(e)s.

En lançant un concept store nommé « Page 23 », la marque dépasse la simple vente de produits pour se mettre en scène et permettre à ses consommateurs d’expérimenter l’univers de la photographie et de l’édition.

Le concept store est organisé sous forme d’ateliers représentant chacun une rubrique incontournable d’un magazine féminin. Un appareil photo est mis à disposition de chaque participante qui peut ainsi commencer à s’amuser(en l’occurrence, il s’agit des modèles « pen » que la marque souhaite promouvoir par le biais de cette opération). Une fois l’opération terminée, un magazine regroupant les plus beau cliché sera même édité (un bon moyen de prolonger l’expérience et de continuer à communiquer sur le concept store, qui a par nature une durée de vie très limitée).

La puissance du story-telling et l’implication totale des consommatrices renforce beaucoup l’expérience vécue en magasin.

C’est extrêmement intéressant de voir Olympus se désaxer de sa politique initiale plus classique, avec un discours de marque technicienne, fabricante et distributrice d’appareil de photographie, pour s’orienter vers ce type d’action de communication « à vivre » et ne plus seulement vendre le simple produit, mais tout l’univers qui l’accompagne.

On pourrait même parler de mythe, tellement la mythologie moderne lié à la photographie est riche d’une diversité de mythes très puissants : le mythe du photographe de mode et de son univers d’exception, le mythe du photographe de guerre et son univers d’atrocité, le mythe du photographe espion des star et son univers d’illégalité…).

De plus, avec un secteur de la mode se voulant de plus en plus proche des consommateurs et de moins en moins inaccessible qu’avant en termes d’image et de représentation, la photo est devenu l’outil incontournable de tout « fashion-addict » qui se respecte. Eric Briones (plus connu sous le nom de Darkplanneur) parle notamment d’une tendance, dans son observatoire du luxe, qu’il a nommé « We are all fashion editors » et qui décrit cet attraction mutuelle entre mode, habillement et photo (attraction décuplée par les réseaux sociaux et l’usage d’appareil photo type smartphone…). C’est donc un choix opportun que celui de l’univers de la mode et de sa mise en scène poussée qu’a fait Olympus.

(dates : du vendredi 7 au dimanche 23 décembre 2012)

Source : streetplanneur

 

 

Partager :

S’inscrire à la newsletter :