Amazon a bel et bien confirmé la sortie de son propre smartphone. Ce nouveau terminal sera disponible dans les magasins à partir du 25 juillet, les précommandes étant d’ores et déjà disponibles. Jeff Bezos, le président de la firme, a expliqué vouloir sortir un modèle très différent de la concurrence, comprendre Apple et Android.

Commercialisé à partir de 199 dollars

Doté d’un écran de 4,7 pouces, d’une résolution de 720p, de 2 Go de mémoire vive et disponible dans plusieurs couleurs, ce nouveau combiné est équipé d’un écran 3D baptisé « perspective dynamique ». Si l’écran est placé correctement devant le visage de l’utilisateur, certains contenus peuvent ainsi apparaître en trois dimensions – tel un hologramme – selon M. Bezos qui, pour y parvenir, a placé des capteurs infrarouges détectant la position du visage. Côté photographie, le device est doté d’un appareil photo de 13 mégapixels.

Pour booster les ventes et imposer son modèle, le Fire Phone, sera commercialisé dans un prix oscillant entre 200 et 300 dollars, avec un engagement de deux ans chez AT&T. En Prime, le géant américain n’oublie pas sa casquette d’e-commerçant et offrira un an d’abonnement à Amazon Prime – son service de livraison « gratuit et illimité » qui donne également accès à la plate-forme de vidéo à la demande et, bientôt, de musique en streaming du site – aux premiers souscripteurs. Celui-ci est traditionnellement facturé 99 dollars.

Priorité sur la vente de contenus

Avec ce prix compétitif, la firme de Seattle espère surtout dégager des revenus non pas tant sur les ventes Fire Phone elles-même, mais surtout sur la vente de contenus et de services via celui-ci. Soit le même modèle économique que celui choisi pour sa tablette Fire. Ainsi, Amazon espère s’attribuer une plus grande indépendance face à Apple ou Android, et leurs stores d’applications et de contenus, en maîtrisant une plus grande partie du circuit de distribution et du parcours client.

L’Amazon Appstore compte actuellement plus de 240 000 applications gratuites ou payantes. Parmi celles-ci, Firefly, une application développée spécialement pour l’Amazon Fire. Conçu comme un Shazam multimédia, il permet de reconnaître un produit physique à partir d’une photo ou d’un code-barre, ou encore de reconnaître une chanson. Et de renvoyer l’utilisateur vers la page correspondante à l’achat de l’item… sur Amazon.com bien sûr. Une stratégie qui a semblé séduire les marchés. Le titre Amazon a clôturé en hausse de 2,69% hier à la bourse de New York.

Source : frenchweb.fr

140618141444-amazon-fire-phone-620xa

Partager :

S’inscrire à la newsletter :