En intégrant les photos Instagram créées par ses clients aux fiches produits de son site marchand, le site meschaussettesrouges.com établit une passerelle à fort potentiel entre le e-commerce et les plateformes de contenu. Cette initiative atypique, créative et efficace devrait fait des émules.

actu_6199_image2012rectangle_petite

Créée en 2009 par Vincent Metzger et Jacques Tiberghienmeschaussettesrouges.com fait dans la chaussette de luxe, pour homme et femme, en ligne comme en boutique. Réalisant 60% de son CA à l’export, cette start-up vient de décliner une campagne de communication onlineatypique où e-commerce et plateformes de contenu sont imbriqués. En effet, la marque a intégré avec succès des photos Instagram créées par ses clients ou ceux qui suivent son actualité, aux pages produits de son site. Des fiches un peu ennnuyeuses et techniques qui tout d’un coup ont pris un autre air, celui du vécu, du plaisir, du ludique et de la satisfaction sur fond de partage et de créativité des anonymes qui bien souvent dépasse celle des pros de la pub. Des anonymes parfois aussi célèbres dans leur domaine, comme Simon Crompton, cet influencer menswearqui s’est affiché avec une pochette sur sa veste.

Valoriser le client… et le produit via un potentiel d’images démultiplié

Rien de mieux que de se servir des mises en scène et des mentions du prescripteur pour faire parler de son produit, valoriser sa marque tellement bien appropriée qu’on en joue et surtout de témoigner de la reconnaissance à son client dont on apprécie le bon goût vestimentaire et le talent de photographe ! « Conscient qu’aucun DA ne pourra faire de lookbook aussi fidèle que ceux postés tous les jours sur Instagram, Facebook, Twitter par les aficionados et influenceurs qui gravitent autour de nos produits, nous avons choisi de faire confiance à ceux qui leur font confiance en publiant leur production visuels dans nos pages produits », détaille Jacques Tiberghien. C’est aussi un moyen d’entrer en conversation avec les clients ou les internautes, et ainsi d’améliorer son offre produit voire d’anticiper les attentes. En effet, quelle marque, même la plus élitiste, peut se targuer de se retrouver dans 100% de ses clients ? « Cette approche n’exclue pas un travail de sélection et de conversation avec les Instagramers », répond Jacques Tiberghien « de plus, les interprétations et les détournements souvent pertinents, dont font l’objet nos produits, nous font progresser tous les jours dans notre agilité marketing et la compréhension des envies de nos clients ».

Etre une marque moins impérialiste est profitable

A la croisée de la mode, des nouvelles technologies via les réseaux sociaux et du e-commerce, cette initiative très opportuniste et pragmatique apporte fantaisie, pertinence et efficacité dans un univers très commerçant. Comme en témoignent les retombées enregistrées à court terme. Ainsi les Instagrammers sélectionnés pour ce programme ont multiplié par 3 le nombre de posts avec la mention #meschaussettesrouges. Le nombre de visuels disponibles -dont le coût moyen a été, de fait, divisé par 7- pour certains produits a été multiplié par 3. Enfin, les produits les mieux illustrés sur leur page par ces photos Instagram se sont vendus 23% mieux que les autres.

Et ce n’est pas fini, comme l’indique Jacques Tiberghien : « A terme, toutes les pages du site ont vocation à afficher ces contenus créés par les clients ». Car il ne s’agit pas d’un énième « bloc réseaux sociaux » sur une page du site marchand, mais bien d’une omniprésence des réseaux sociaux sur le site marchand. Une nouvelle approche très fructueuse qui devrait sûrement bientôt suivie par d’autres distributeurs ou marques en ligne. Et surtout cela offre à la marque moins impérialiste d’émerger différemment dans son univers en donnant la main sur sa communication à ses clients. Car partager, c’est toujours profitable !

Source : INfluencia

Partager :

S’inscrire à la newsletter :