Selon Nielsen, la croissance des PGC depuis le début de l’année est d’abord tirée par les hypers et les drives. Comme en 2015, déjà, les ventes en supermarchés sont en recul.

drive

Selon Nielsen, la croissance des PGC depuis le début de l’année est d’abord tirée par les hypers et les drives. Comme en 2015, déjà, les ventes en supermarchés sont en recul.

Le panéliste mesure les ventes de l’ensemble des circuits GMS, proxi et drives inclus, sur les produits de grande consommation et frais libre-service. Pour la période courant de début janvier à mi-mai 2016, ces ventes progressent de 1,4% en valeur.

Les hypermarchés, eux, enregistrent un chiffre d’affaires en hausse de 2,5%. Ils contribuent à 56% de la croissance du marché.

Le CA des drives, ensuite, est à +12,4% depuis le début de l’année. Ce qui permet au format d’atteindre 5% de part de marché et de peser, à lui seul, pour 23% de la croissance des PGC.

Derrière, la proximité fait toujours preuve de dynamisme avec 6,7% de progression (+7,3%, même, en milieu urbain) et une contribution à la croissance à hauteur de 21%.

Le format hard discount (rebaptisé « supermarchés à dominante marque propre » pour prendre acte du repositionnement de Lidl sans le changer de catégorie) voit ses ventes reculer de 0,2% depuis le début de l’année.

Les supermarchés, enfin, accusent pour leur part une chute de CA plus brutale, de 2,8%.

Part de marché Évolution CA Contribution à la croissance
Hypers 51 % + 2,5 % 56 %
Supers 24 % – 2,8 % 0 %
Hard discount 12 % – 0,2 % 0 %
Proxi 7 % + 6,7 % 21 %
Drive 5 % + 12,4 % 23 %

Source : Nielsen, cumul de janvier à mi-mai 2016, PGC + frais LS.

Partager :

S’inscrire à la newsletter :