2/5 – Le native advertising, ou publicité native : nouveau relais de croissance de la publicité digitale ?

Le native advertising est au numérique ce que les publi-reportages sont à la presse : une publicité créée dans le style éditorial du site web, du réseau social et de l’application mobile…qui se fond dans le décor et confronte les lecteurs au message commercial de façon plus naturelle.

La « publicité native », qui regroupe donc les formats dits non intrusifs liés à des contenus contextuels (texte, image et vidéos) insérés au sein de la zone d’action de l’utilisateur (Facebook Sponsored Stories, Twitter Sponsored Posts, Publicité in Stream sur YouTube et dans les Apps, ou encore Promoted Pins sur Pinterest) suscite actuellement beaucoup d’espoir chez les annonceurs et de nouveaux acteurs comme ShareThrough spécialiste des Native Ads vidéos qui estime le marché des Native ads à près de 10 milliards de dollars.

Ce procédé, adaptable à tous les supports digitaux, permet une intégration parfaite à travers un contenu riche et harmonieux, permettant une expérience utilisateur immersive. Les consommateurs sont plus réceptifs et peuvent avoir une meilleure image de la marque : en effet, des publicités moins intrusives suscitent chez eux plus d’intérêt pour son contenu, et ils deviennent ainsi plus engagés.

Instagram en est un bon exemple. Le réseau promoted-tweet1-300x88mobile de partage de photos racheté par Facebook en 2012 compte bientôt utiliser le native advertising afin de monétiser son service. Des publicités déguisées sous le format des photos de ses membres : c’est propre, plus naturel, et surtout moins intrusif. Cette initiative a déjà fait ses preuves sur Facebook et Twitter depuis plusieurs mois.

Désormais, 60% des acheteurs médias considèrent la publicité native comme très importante, et 50% seraient prêts à en acheter.

En effet, les premiers résultats sont plutôt positifs pour cet avatar tactique du Brand content : des taux de clics jusqu’à 20 fois supérieurs au taux de clic display moyen de 0,2% pour les annonceurs et des CPMs supérieurs pour les éditeurs

Conclusion ? Une innovation marketing qui risque de prendre de plus en plus d’ampleur en 2014. D’autant que les «native ads» collent parfaitement au cycle : Découverte de contenu –Partage – Amplification. À surveiller donc… 

 Source : culturecrossmedia.com, viuz.com

 

 

 

Partager :

S’inscrire à la newsletter :