Il y a quelques mois, Monteith, une petite société néo-zélandaise qui fabrique du cidre, a voulu faire une campagne de pub axée sur la fraicheur et la naturalité de ses produits. Elle a fait appel à l’agence Colenso BBDO qui a eu une idée de génie. Les créatifs se sont aperçus que dans l’alimentaire, les bad buzz naissaient souvent à la suite de répugnantes découvertes comme des souris dans un pot de sauce, un doigt dans un dessert glacé ou un préservatif dans de la soupe (ces exemples sont réels !). Comment utiliser cette mécanique du buzz pour démontrer que le cidre Monteith est fabriqué à partir de fruits frais et non de concentré? Mettre des branches de pommier dans les boîtes en carton de la marque.

Au bout de quelques jours, des consommateurs ont commencé à appeler le service client de la marque pour faire part de leur étonnement. Des messages ont fait leur apparition sur Facebook, des émissions de radio ont même évoqué le problème. Beaucoup d’incompréhension de la part des consommateurs et guère d’enthousiasme. C’était le but recherché par la marque. Laisser monter la mayonnaise. Deux semaines après, Monteith a pris la parole dans une campagne de pub: « Désolé pour les branches, mais ce genre de chose arrive malheureusement lorsqu’on utlise des fruits fraichement cueillis aux branches des pommiers… Si cette découverte vous a profondément géné, vous pouvez toujours acheter les produits de nos concurrents. Vous n’y trouverez aucune branche, ni aucun fruit frais d’ailleurs… » Dans la foulée, les ventes de la marque ont bondi de 32% et Monteith a bénéficié d’une couverture médiatique inespérée pour une PME. Tout ça avec une poignée de branches.

http://bcove.me/x6pq5x0h

source : LSA

Partager :

S’inscrire à la newsletter :